Les Mauriciens anxieux utilisent les cheveux pour endiguer la marée noire d’un navire japonais

Déversement de pétrole après que le navire vraquier MV Wakashio s’est échoué sur un récif, à Rivière des Créoles, à Maurice. 

Les Mauriciens font des barrages flottants de cheveux humains et de feuilles dans une course 24 heures sur 24 pour éponger le pétrole qui s’échappe d’un navire japonais échoué sur leurs plages immaculées de l’océan Indien.

Le MV Wakashio, propriété de la Nagashiki Shipping Company et exploité par Mitsui OSK Line, a commencé à suinter du carburant dans les eaux turquoises la semaine dernière après avoir heurté un récif au large de l’île.

Maurice a déclaré l’état d’urgence et l’ancien dirigeant colonial, la France, a envoyé de l’aide dans ce que le groupe environnemental Greenpeace a qualifié de crise écologique majeure.

Romina Tello, 30 ans, fondatrice de l’agence d’éco-tourisme Mauritius Conscious, a passé le week-end à aider à nettoyer les boues noires des mangroves. Elle a déclaré que les Mauriciens fabriquaient des barrages pour flotter sur la mer avec des feuilles de canne à sucre, des bouteilles en plastique et des cheveux que les gens coupaient volontairement.

«Les cheveux absorbent l’huile mais pas l’eau», a expliqué Tello par téléphone. «Il y a eu une grande campagne autour de l’île pour se coiffer.»

Des vidéos en ligne montrent des volontaires cousant des feuilles et des cheveux dans des filets pour flotter à la surface et ramasser l’huile jusqu’à ce qu’elle puisse être aspirée par des tuyaux.

Les centres de plongée, les pêcheurs et d’autres se sont tous associés à l’effort de nettoyage, certains fournissant des sandwiches, des maisons d’hôtes offrant un hébergement gratuit aux bénévoles et des salons de coiffure offrant des réductions aux donneurs de cheveux, a déclaré Tello.

La marée noire se situe à proximité du parc marin de Blue Bay, connu pour ses coraux spectaculaires et sa myriade d’espèces de poissons.

A LIRE AUSSI:   La dette sud-africaine "devient inconfortable", mais aucun plan de sauvetage n'a été demandé - FMI

«C’est vraiment émouvant – tout le monde fait ce que nous pouvons. Cela nous brise le cœur de voir les dégâts », a déclaré Tello.

Maurice compte sur le tourisme en tant que contributeur majeur à son économie, 63 milliards de roupies (1,6 milliard de dollars) l’année dernière.

«Nous nous excusons abondamment et profondément pour les graves problèmes que nous avons causés», a déclaré dimanche aux journalistes Akihiko Ono, vice-président exécutif de Mitsui OSK Lines, à Tokyo, s’engageant à faire tout son possible pour endiguer le déversement.

On estime qu’au moins 1 000 tonnes de pétrole ont fui, dont 500 tonnes ont été récupérées et environ 2 500 tonnes restantes.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Algérie : la condamnation de Khaled Drareni alerte sur la liberté de la presse

Read Next

La Namibie va mettre aux enchères un quota de pêche pour collecter des fonds pour les médicaments COVID-19