La Namibie va mettre aux enchères un quota de pêche pour collecter des fonds pour les médicaments COVID-19

Pêcheurs namibiens

Le gouvernement namibien mettra pour la première fois aux enchères sa part de 60% de la production annuelle de chinchard et de merlu du pays au plus offrant d’ici la fin octobre, alors qu’il s’efforce de lever des fonds pour l’équipement et les médicaments pour lutter contre la pandémie de coronavirus, selon une lettre du gouvernement vue par Reuters.

Le quota de 60% du gouvernement est normalement réservé à la société d’État Fishcor, qui a été prise dans un scandale de corruption.

«Le gouvernement a besoin de ressources financières d’urgence en vue d’atténuer les effets du COVID-19», a déclaré Albert Kawana, ministre des Pêches et des Ressources marines, dans une lettre adressée le 7 août à l’industrie de la pêche, vu par Reuters lundi.

«Nous ne produisons pas de médicaments en Namibie et nous ne fabriquons pas de matériel médical … Pour obtenir ces articles, nous devons les acheter avec des devises», a déclaré Kawana.

Le mois dernier, la Namibie a contacté le Fonds monétaire international pour un prêt d’urgence de 4,5 milliards de dollars namibiens (254 millions de dollars) pour l’aider à lutter contre le COVID-19.

La Namibie a connu une augmentation régulière de nouvelles infections et a maintenant signalé 2949 cas de COVID-19 et 19 décès depuis le début de l’épidémie, selon les dernières statistiques publiées dimanche.

La pêche est le troisième contributeur au produit intérieur brut de la Namibie, après l’exploitation minière et l’agriculture, avec une contribution annuelle d’environ 10 milliards de dollars namibiens (783 millions de dollars) en devises.

La vente aux enchères proposée du quota de pêche du gouvernement serait la première du genre dans le pays.

A LIRE AUSSI:   Namibie : le président Hage Geingob réélu avec un score en forte baisse

«Le quota disponible est le suivant: Chinchard – 72 000 MT, dont 40% seront réservés aux entreprises locales. Merluche – 11 000 MT dont 40% seront réservés aux entreprises locales. Monk – 392 MT, le tout devant être vendu aux enchères au plus offrant », a déclaré Kawana dans la lettre.

Les allégations de corruption qui ont frappé l’industrie de la pêche de la Namibie ont vu deux anciens ministres et quatre autres accusés d’être impliqués dans un programme visant à octroyer des licences de pêche à une entreprise islandaise en échange de pots-de-vin.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les Mauriciens anxieux utilisent les cheveux pour endiguer la marée noire d’un navire japonais

Read Next

Congo-Brazzaville: l’opposition rejette la proposition du vote par anticipation