Les fonctionnaires du Zimbabwe acceptent une augmentation de salaire de 140% et en demandent

Le président Zimbabween

Les travailleurs du secteur public du Zimbabwe ont accepté une augmentation de salaire de 140% à partir de ce mois, a déclaré mercredi un responsable syndical, évitant une grève potentielle contre le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa.

La flambée de l’inflation a érodé les salaires et l’épargne dans le pays d’Afrique australe, aux prises avec sa pire crise économique depuis une décennie, marquée par des pénuries de devises, de nourriture, de carburant, d’électricité et de médicaments.

Plus tôt ce mois-ci, le sommet du syndicat des travailleurs publics Apex Council a rejeté une offre du gouvernement visant à doubler le salaire des employés, estimant que c’était trop peu.

Après un autre cycle de négociations qui s’est prolongé jusqu’aux petites heures de mercredi, un responsable du Conseil Apex a déclaré que les travailleurs avaient accepté un accord salarial qui verrait les employés de l’État les moins payés recevoir 2450 dollars zimbabwéens (146 $) par mois, contre 1033.

« Cette augmentation ne répond pas à notre demande, mais nous la prendrons pendant que nous continuons à pousser le gouvernement à payer une augmentation supérieure à l’inflation », a déclaré un responsable d’Apex, refusant d’être nommé car il n’est pas autorisé à parler à la presse.

Le ministre du Travail, Paul Mavima, n’a pas pu être joint pour commenter.

Avec une inflation en glissement annuel estimée à 520% ​​en décembre par les économistes et la perte de valeur de la monnaie locale, la vie est de plus en plus difficile pour les Zimbabwéens ordinaires, qui doivent également faire face aux effets d’une sécheresse dévastatrice l’année dernière.

A LIRE AUSSI:   A Dakar, l’inauguration d’une immense mosquée consacre l’influence des mourides

Cela a sapé tout espoir d’un rebond économique promis par Mnangagwa lors de son élection lors d’une élection contestée en 2018.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Libye : le Sénégal défend une solution africaine

Read Next

En Centrafrique, l’accord de paix, malgré tout