Les coupures de courant reviennent, ajoutant aux frustrations en Afrique du Sud fatiguée par COVID

Keitumetse Modise avait déjà du mal à jongler avec ses nominations en tant qu’esthéticienne indépendante tout en enseignant sa fille à domicile pendant le verrouillage COVID-19 de près de quatre mois en Afrique du Sud. La dernière chose dont elle avait besoin était que les lumières s’éteignent.

Mais après avoir été forcés de transformer les tables de cuisine en salles de classe et les chambres en bureaux à domicile, les Sud-Africains fatigués par la pandémie font maintenant face à un défi supplémentaire sous la forme d’un mal de tête familier: les pannes de courant.

Des mois d’arrêt induit par une pandémie et une demande réduite avaient en fait abouti à une électricité inhabituellement fiable pour ceux qui étaient coincés chez eux, alors que le réseau grinçant de l’Afrique du Sud avait un peu de répit.

Cependant, depuis la semaine dernière, avec l’assouplissement des restrictions et la réouverture prudente des entreprises, les pannes de courant planifiées – connues localement sous le nom de délestage – sont de retour et avec elles la frustration d’un Internet instable, la perte de revenus et les horaires perturbés.

Modise, une mère célibataire de 33 ans, a dû repousser les rendez-vous de travail pour s’assurer qu’elle peut aider avec les devoirs en ligne quand il y a du pouvoir. «Vous faites ce que vous devez», dit-elle.

L’Afrique du Sud, l’économie la plus avancée du continent, a subi ses pires coupures de courant à la fin de l’année dernière alors que le service public Eskom, paralysé par la dette, a imposé des coupes pour éviter une surcharge du réseau.

A LIRE AUSSI:   Mozambique: la Renamo a signé un accord de paix historique

Après près de quatre mois sans pannes dans tout le pays, Eskom a mené une nouvelle tournée en juillet, avec un porte-parole disant: « il serait naïf de penser que nous avons terminé. »

De nombreux Sud-Africains s’attendent maintenant à ce qu’ils fassent à nouveau partie de la vie quotidienne, ce qui complique les efforts pour travailler et apprendre en ligne. Les coupures de courant ciblant principalement les communes pauvres dont les factures d’électricité sont impayées se sont poursuivies.

Le timing pourrait difficilement être pire. Désormais un point chaud mondial du COVID-19, l’Afrique du Sud se dirige vers le pic de son épidémie, dépassant 380000 infections au total cette semaine.

Les écoles ont rouvert pendant quelques années, mais des millions d’enfants essaient toujours de suivre les cours de chez eux.

L’enseignant du primaire Ronald Maswanganyi a dû faire face à deux semaines de coupures de courant, parfois au milieu de son enseignement.

«Je ne peux rien faire d’autre que d’appeler mon patron, le directeur, et lui dire que je ne peux pas continuer la leçon», dit-il.

Le retour du délestage menace également d’aggraver la misère économique dans un pays déjà en récession, le taux de chômage dépassant 30% avant que la pandémie ne frappe. Les choses n’ont fait qu’empirer avec les licenciements généralisés.

La société de bien-être Body20 a perdu 30% de ses revenus en raison du verrouillage, elle a donc commencé à proposer des sessions d’entraîneur personnel en ligne.

«Notre frustration est que peu importe à quel point vous essayez de vous adapter et d’innover pour faire face à quelque chose d’aussi catastrophique que le COVID-19, vous n’avez soudainement plus d’électricité», a déclaré le PDG de Body20, Philip Hughes.

A LIRE AUSSI:   Coronavirus : la BAD lance un fonds de 10 milliards de dollars dont 1,35 milliard dédiés au secteur privé

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Nombre élevé de grossesses non désirées à Rutshuru