Les arrestations massives en Éthiopie soulèvent le spectre d’un passé répressif

Aselefech Mulatu, épouse de Dejene Tafa, un politicien en garde à vue, et leurs enfants sont vus lors d’un entretien avec Reuters à leur domicile dans la ville de Burayu, dans la région d’Oromiya, au nord-ouest d’Addis-Abeba, en Éthiopie

L’Éthiopie a arrêté plus de 9000 personnes après des affrontements meurtriers le mois dernier, a déclaré à Reuters la commission des droits de l’homme dirigée par l’État, faisant craindre qu’un gouvernement salué pour des réformes revienne aux tactiques de poigne de fer des administrations passées.

Le Premier ministre Abiy Ahmed, arrivé au pouvoir en 2018 en promettant des changements démocratiques dans l’un des pays les plus répressifs d’Afrique, a du mal à freiner la résurgence du nationalisme ethnique qui explose sporadiquement dans des accès de violence.

Les changements d’Abiy ont déclenché de vieux conflits sur la terre, les ressources et le pouvoir local, et il est maintenant confronté au défi de protéger les citoyens tout en préservant les libertés naissantes qui l’ont aidé à gagner le prix Nobel de la paix l’année dernière. Il a promis de tenir les premières élections libres et équitables en Éthiopie en 2021, ce qui constituerait une étape importante pour le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique.

Mais la Commission éthiopienne des droits de l’homme, dirigée par l’État, a déclaré qu’environ 9000 personnes avaient été arrêtées depuis que la fusillade d’un musicien le 29 juin avait déclenché des jours de manifestations qui ont tué plus de 178 personnes dans la capitale et la région environnante d’Oromiya – le spasme de violence le plus meurtrier depuis la prise d’Abiy. Bureau.

Invité à commenter les arrestations, le gouvernement a indiqué que l’ordre était sa priorité immédiate.

Billene Seyoum, porte-parole du Premier ministre, a déclaré à Reuters: «L’un des principaux rôles et responsabilités du gouvernement est d’assurer la sécurité et la stabilité et que l’état de droit prévaut … les mesures prises au cours des dernières semaines reflètent l’engagement à loi et ordre constitutionnel. »

A LIRE AUSSI:   Coronavirus en RDC: le docteur et prix Nobel Denis Mukwege, en charge de la riposte, démissionne

Les critiques d’Abiy détectent des échos inquiétants du passé.

Parmi les détenus: l’activiste de l’opposition Dejene Tafa, que la police a traîné de son lit au milieu de la nuit le 8 juillet alors qu’il dormait à côté de sa femme enceinte. Dejene est professeur d’université et secrétaire du parti Oromo Federalist Congress.

CONTESTATION

Aselefech Mulatu, sa femme de 42 ans, a déclaré que son mari était détenu sans inculpation et avait contracté le COVID-19 en prison.

«Nous pensions que nous étions passés à un système démocratique», a-t-elle déclaré, le ventre gros avec leur cinquième enfant.

Tegene Regassa, porte-parole du ministère éthiopien de la Santé, a confirmé que Dejene avait été hospitalisé pour COVID-19 mais a déclaré qu’il s’était rétabli.

Dejene avait déjà passé deux ans en prison sans inculpation pour avoir pris part aux manifestations de rue qui ont renversé l’ancien Premier ministre, a déclaré sa femme.

Getachew Balcha, un porte-parole du gouvernement régional, a confirmé que 7 126 personnes avaient été arrêtées rien qu’à Oromiya. Il a déclaré qu’il ne savait pas combien avaient été inculpés, mais a déclaré que «des dossiers étaient en cours de préparation» sur 500 d’entre eux. Le bureau d’État du procureur général n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Les arrestations massives étaient courantes sous l’administration précédente qui utilisait les forces de sécurité pour écraser la dissidence. Lorsque des manifestations antigouvernementales ont propulsé Abiy au pouvoir, il a accéléré la libération de dizaines de milliers de prisonniers politiques.

Mais maintenant, des militants comme Fisseha Tekle, analyste éthiopien d’Amnesty International, craignent que le gouvernement Abiy ait recours aux arrestations massives arbitraires de son prédécesseur.

A LIRE AUSSI:   Addis-Abeba : Report de la 53ème conférence des ministres africains des finances

«Le gouvernement arrête des gens et recherche ensuite des preuves», a déclaré Fisseha. «Cela correspond à l’expérience précédente.»

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie