L’Egypte s’engage à trouver une solution diplomatique à la crise des barrages en Ethiopie – Sissi

Ethiopian workers construct on March 31, 2015 the Grand Renaissance Dam near the Sudanese-Ethiopian border. Ethiopia began diverting the Blue Nile in May 2013 to build the 6,000 megawatt dam, which will be Africa’s largest when completed in 2017. The leaders of Egypt and Ethiopia promised on March 24 to boost cooperation on the Nile river and turn a page on a long-running row over Addis Ababa’s controversial dam project. Egypt, heavily reliant for millennia on the Nile for agriculture and drinking water, feared that the Grand Renaissance Dam would decrease its water supply. AFP PHOTO / ZACHARIAS ABUBEKER (Photo by ZACHARIAS ABUBEKER / AFP)

 L’Égypte s’est engagée à utiliser la diplomatie pour résoudre une crise avec l’Éthiopie à propos de la construction d’un barrage hydroélectrique géant sur le Nil bleu, a déclaré samedi le président Abdel Fattah al-Sissi, lors d’un discours au point mort sur la question.

Mercredi, les pourparlers ont de nouveau été interrompus, cette fois seulement une quinzaine de jours avant le démarrage prévu du grand barrage éthiopien Renaissance de 4 milliards de dollars, qui est en cours de construction près de la frontière éthiopienne avec le Soudan et est la pièce maîtresse de sa tentative de devenir le plus grand continent d’Afrique. exportateur d’électricité.

Le Caire a déclaré vendredi qu’il avait appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à intervenir pour relancer les pourparlers.

« Lorsque nous sommes passés au Conseil de sécurité … c’était (parce que) nous sommes toujours désireux de prendre la voie diplomatique et politique jusqu’à sa fin », a déclaré Sissi dans un discours prononcé devant une base des forces aériennes.

« Nous devons avancer fortement vers la conclusion des négociations et parvenir à un accord … et à des solutions qui atteignent l’intérêt de tous », a-t-il déclaré.

L’Égypte, qui dépend presque entièrement du Nil pour ses approvisionnements en eau douce, est désireuse de conclure un accord juridiquement contraignant qui garantirait des débits minimaux et un mécanisme de règlement des différends avant que le barrage ne commence à fonctionner.

Les derniers pourparlers, qui avaient commencé le 9 juin par vidéoconférence, faisaient suite à une précédente série de négociations à Washington, qui s’était terminée sans accord en février.

A LIRE AUSSI:   Le Premier ministre éthiopien Abiy s'attend à des élections législatives en mai ou juin

Samedi, Sissi a rappelé que dans un discours qu’il avait prononcé devant le Parlement éthiopien il y a cinq ans, il avait déclaré que si l’Égypte respecte le besoin de développement des Éthiopiens, ils devraient également respecter ses besoins de «vie».

Plus tôt dans la journée de samedi, Sissi a ordonné à son armée d’être prête à effectuer toute mission à l’intérieur ou à l’extérieur du pays au milieu des tensions liées à l’intervention de la Turquie, rivale régionale, en Libye voisine.

Source: Reuters Afrique/Mis en : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les réfugiés burundais au Rwanda pas rassurés par le discours d’Evariste Ndayishimiye

Read Next

Tunisie: le président Kaïs Saïed en visite à Paris sur fond de crise libyenne