Le Soudan nomme la première femme magistrat à lutter contre la corruption

Le Soudan a nommé une femme à la tête de son appareil judiciaire jeudi pour la première fois de l’histoire du pays arabo-musulman, a annoncé le Conseil de souveraineté sur la souveraineté au pouvoir.

La juge de la Cour suprême, Nemat Abdullah Khair, a été nommée par l’association professionnelle des juges, qui faisait partie d’un mouvement de protestation qui a aidé à chasser le dirigeant vétéran Omar al-Bashir en avril.

Taj-Elsir Ali, ancien procureur et avocat, a été nommé procureur, a indiqué un communiqué du gouvernement.

Les deux responsables judiciaires « s’acquitteront de leurs tâches en ce qui concerne les affaires de corruption et autres », a déclaré le porte-parole du Conseil de la souveraineté, membre du conseil de la souveraineté, dans un communiqué, sans donner plus de détails.

L’opposition soudanaise accusait le système judiciaire d’être un outil du régime Bashir pour réprimer la dissidence et enfermer les personnalités de l’opposition.

En août, le Soudan a formé un Conseil de souveraineté transitoire composé de 11 membres dans le cadre d’un accord de partage du pouvoir entre les partis militaires et civils et les groupes de protestation.

Le conseil, formé de dirigeants militaires et de civils, dirigera le pays pendant une période de transition de trois ans jusqu’à l’élection.

Un cabinet a également été formé en septembre, comprenant la première ministre des affaires étrangères du pays, Asmaa Abdallah.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-exaucée

A LIRE AUSSI:   Omar El-Béchir inculpé au Soudan

Tribune d'Afrique

Read Previous

En Afrique, la fragilité des Etats freine la lutte contre les pandémies

Read Next

Zimbabwe: la crise économique s’aggrave