Le Soudan espère une réunion des donateurs à Berlin alors que l’économie approche de l’effondrement

Abdallah-Hamdok

L’économie soudanaise étant menacée de chute libre, martelée par une inflation dépassant 100% et en proie à une pénurie de pain, de carburant et de médicaments, le gouvernement place ses espoirs dans une conférence de donateurs potentiels à Berlin cette semaine.

La crise a été aggravée par la pandémie de coronavirus, qui a détourné les ressources de nombreux donateurs, et le spectre d’essaims de criquets se reproduisant au Kenya voisin et s’apprêtant à migrer vers le nord vers le Soudan et l’Éthiopie d’ici quelques semaines.

Le Premier ministre Abdalla Hamdok, qui dirige le pays dans le cadre d’un accord de partage du pouvoir transitoire et précaire avec l’armée depuis le renversement du vétéran autocrate Omar al-Bashir lors d’un soulèvement populaire l’année dernière, cherche désespérément un soutien étranger.

À moins qu’il n’obtienne rapidement des fonds, le premier premier ministre civil du Soudan depuis les années 1980 pourrait faire face à des troubles de la part de gens fatigués de pénuries chroniques ou même d’une prise de contrôle militaire dans un pays ayant une histoire de coups d’État, selon les analystes.

Cependant, de nouveaux financements ont été bloqués par la nécessité de régler des décennies d’arriérés sur le Fonds monétaire international (FMI) et l’inscription du Soudan, sous le règne de Béchir, par les États-Unis en tant qu’État parrain du terrorisme.

« Vous avez une transition non financée qui est martelée par une pandémie et un fléau potentiel » des criquets, a déclaré un diplomate occidental. «Cela met la pression sur la communauté internationale pour qu’elle mette rapidement plus d’argent de l’avant afin d’améliorer la dégradation.»

A LIRE AUSSI:   Ramaphosa d'Afrique du Sud: Eskom est trop important pour échouer

L’enjeu ultime est la stabilité d’un grand pays africain qui a connu de multiples conflits internes. Hamdok a lancé des pourparlers de paix avec les rebelles au Darfour et dans d’autres régions réfractaires pour mettre fin à des années de combats, mais n’a pas respecté la date limite pour conclure un accord ce mois-ci.

L’inflation a atteint un sommet annuel de 100% le mois dernier alors que le gouvernement imprimait de l’argent pour financer le pain et les subventions au carburant. La devise du Soudan est tombée à 150 pour un dollar sur le marché noir contre 55 au taux officiel, en raison de la pénurie de devises fortes.

DEMANDE DE RÉFORME

Les gouvernements occidentaux, les institutions financières internationales et les riches producteurs de pétrole du Golfe sont parmi ceux qui devraient participer à une téléconférence d’une journée à Berlin jeudi.

Beaucoup se sont félicités de l’accord de partage du pouvoir entre les civils qui ont organisé des manifestations de masse et les puissants militaires qui ont aidé à expulser Bashir, un islamiste recherché par un tribunal des Nations Unies pour génocide et crimes contre l’humanité au Darfour.

Pourtant, les donateurs se sont retenus, retardant à plusieurs reprises la «Conférence des amis du Soudan» pour exiger des réformes telles que la suppression des subventions aux carburants, dont le coût est estimé à plus de 3 milliards de dollars par an.

Les analystes et diplomates affirment que Khartoum doit prendre des mesures plus substantielles pour réorganiser une économie où les entreprises clés gagnant des devises telles que les exportateurs d’or sont contrôlées par des personnalités militaires.

A LIRE AUSSI:   BENIN/NIGERIA : Les secrets d’une guerre des disproportions

Le gouvernement a déclaré la semaine dernière qu’il commencerait à mettre en œuvre un plan pour donner aux familles pauvres des paiements directs en espèces, un programme que Hamdok espère atténuer le sort des Soudanais appauvris alors que son gouvernement réduit les dépenses en subventions. 

Le gouvernement a besoin d’environ 1,9 milliard de dollars pour couvrir le programme de paiement en espèces. Un document préparatoire à la conférence appelle à «une voie pour le réengagement du Soudan avec les institutions internationales» conduisant à un éventuel allégement de la dette.

« Le gouvernement est effectivement en faillite », a déclaré Magdi el-Gizouli, un universitaire soudanais et membre du Rift Valley Institute. « Ils n’ont pas les fonds pour le programme de trésorerie. »

La conférence de Berlin décrit les participants comme des «partenaires» plutôt que des donateurs, pour reconnaître que le Soudan a ses propres ressources et a besoin d’un soutien politique et économique plutôt que de subventions financières, a déclaré Aisha al-Barir, coordinatrice du gouvernement soudanais pour la conférence.

« Le Soudan travaille sur la réforme économique pour tirer parti de ses propres ressources », a-t-elle déclaré, soulignant une réforme du secteur aurifère annoncée la semaine dernière. Le Soudan prévoit également de liquider ou de privatiser de nombreuses entreprises publiques dysfonctionnelles. 

Les finances publiques sont en crise depuis la sécession du Soudan du Sud en 2011, emportant avec lui la majeure partie du pétrole soudanais. Les réseaux de contrebande ont empêché le gouvernement d’exploiter les exportations d’or.

Source: Reuters Afrique/Mis en : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Pas encore de messe présentielle pour les Catholiques du Tchad

Read Next

L’annulation de la dette des États africains, une base pour un nouvel ordre mondial