Le ministre tanzanien des Affaires intérieures a licencié un contrat de 453 millions de dollars

Le président tanzanien John Magufuli

Le président tanzanien John Magufuli a licencié jeudi son ministre des Affaires intérieures Kangi Lugola, l’accusant d’avoir mal géré un contrat de 408 millions d’euros (453 millions de dollars) avec les pompiers.

Magufuli, qui doit être réélu pour un deuxième mandat de cinq ans cette année, a cultivé l’image d’un leader au nez dur qui congédie rapidement des ministres et des fonctionnaires qui ne respectent pas sa ligne.

Le service des incendies, qui relève du ministère des Affaires intérieures, avait signé le contrat avec une entreprise roumaine anonyme sans impliquer le ministère des Finances ni obtenir l’approbation du Parlement, a déclaré Magufuli.

« Le problème majeur ici est le manque d’intégrité », a-t-il déclaré lors d’un événement gouvernemental à Dar es Salaam, la capitale commerciale.

«Ils ont signé un protocole d’accord, mais dans le contrat, il a été stipulé que pour résilier le contrat, toutes les activités qui avaient été mises en œuvre continueront de l’être.»

L’accord portait sur l’achat de matériel de lutte contre l’incendie et de sauvetage, a déclaré le bureau de Magufuli dans un communiqué.

Lugola a déclaré qu’il avait accepté la décision du président de le démettre de ses fonctions ministérielles.

« Le président est celui qui m’a nommé au cabinet des ministres et c’est lui qui m’a relevé de mes fonctions », a-t-il déclaré aux journalistes. «Je continuerai de le soutenir, lui et son gouvernement, avec tout le respect que je vous dois.»

D’autres responsables nommés dans l’accord, y compris le commissaire général des pompiers, n’ont pas fait de commentaire immédiat.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

A LIRE AUSSI:   Soutien de La France insoumise à la coalition pro-Gbagbo

Tribune d'Afrique

Read Previous

Sahel : la France annonce des moyens supplémentaires pour l’opération Barkhane

Read Next

Selon les représentants des joueurs, aucune solution facile pour s’adapter à la CAN