Le Brexit, une opportunité nouvelle pour le commerce en Afrique ?

Conservative MP Boris Johnson leaves a house in London on June 7, 2019. – Boris Johnson, considered the frontrunner to become Britain’s next prime minister, is Friday challenging a private prosecution bid accusing him of misconduct in public office over the claim that Britain sends £350 million ($440 million, 400 million euros) a week to the European Union. (Photo by Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)


Le Brexit pousse le Royaume-Uni à diversifier ses partenaires commerciaux. À cet égard, depuis le début de l’année 2020, Londres a renforcé sa diplomatie commerciale avec l’Afrique et signé des accords avec plus d’une dizaine de pays africains. Délaissée depuis quelques années, l’Afrique, qui ne représente que 3% du commerce extérieur britannique, pourrait à l’avenir jouer un rôle plus important. 

Plus loin de l’Europe mais plus près de l’Afrique, voilà l’un des effets attendus du Brexit par les Anglais. Depuis deux ans, le ministre britannique pour l’Afrique, James Duddridge, multiplie les déplacements sur le continent tandis que son administration recrute à tour de bras des spécialistes de l’Afrique.

Les échanges avec l’Afrique ne représentent qu’environ 40 milliards de livres sterling par an, mais Londres veut les voir croître et se diversifier. À cet égard, le sommet organisé en janvier dernier à Londres est considéré comme un tournant par le directeur du programme Afrique du cercle de réflexion Chatham House, Alex Vines :

« La réalité, c’est que ces dernières années, on assiste à un déclin du commerce britannique avec l’Afrique. Et le sommet ‘UK-Africa Investment’ en début d’année pourrait marquer un nouveau départ. Le signe que le Royaume-Uni veut améliorer son partenariat avec le continent africain. »

Pour séduire l’Afrique, Londres dispose d’un atout non négligeable : la City et sa puissance financière. 112 entreprises africaines sont cotées à la Bourse de Londres, pour une valeur de 160 milliards de livres sterling. L’effet d’entraînement n’est pas près de s’estomper, estime Alex Vines :

« La City de Londres restera un centre financier de première importance. Et c’est avant tout pour cela que les pays africains restent intéressés par l’Angleterre. Ce n’est pas juste pour les beaux yeux des Anglais ! »

A LIRE AUSSI:   Chef de la Banque mondiale: certaines banques de développement alourdissent le fardeau de la dette des pays pauvres

Jusqu’à présent, Londres a signé des accords économiques avec 13 pays d’Afrique et espère en conclure rapidement avec une trentaine d’autres.

Source : Rfi Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le premier vol commercial direct entre Israël et le Maroc arrive à Rabat

Read Next

En Tunisie, l’arrestation de Nabil Karoui ajoute au climat politique tendu