L’Angola dos Santos en difficulté quitte Unitel

La milliardaire angolaise Isabel dos Santos quittera son poste dans l’administration de l’opérateur de télécommunications Unitel au milieu des tensions persistantes entre les membres du conseil d’administration, a rapporté mardi l’agence de presse portugaise Lusa.

«Après 20 ans consacrés à la création, au développement et au succès d’Unitel, j’ai choisi de quitter le poste de membre du conseil d’administration de l’entreprise», a déclaré dos Santos, qui détient une participation de 25% dans Unitel, dans un communiqué cité par Lusa .

La décision de Dos Santos de quitter son poste chez Unitel, qui domine le marché angolais des télécommunications, est liée à un «climat de conflit permanent» au sein du conseil d’administration de la société, a-t-elle déclaré dans le même communiqué.

Dos Santos, qui a nié à plusieurs reprises tout acte répréhensible dans une série d’allégations, est en disgrâce depuis que son père, Jose Eduardo dos Santos, a été remplacé par le président Joao Lourenco en septembre 2017 après 38 ans au pouvoir.

La femme d’affaires, mêlée à un énorme scandale financier, a amassé une fortune estimée à plus de 2 milliards de dollars grâce à des participations dans diverses sociétés, dont Unitel, qui a la compagnie pétrolière nationale angolaise Sonangol comme actionnaire majoritaire.

En décembre 2019, l’Angola a gelé les actifs de dos Santos, y compris les participations qu’elle détenait dans des sociétés angolaises telles que Unitel, BFA et ZAP MIDIA.

Elle a subi un nouveau coup quand des centaines de milliers de fichiers surnommés les «Luanda Leaks» ont été publiés le même mois sur des stratagèmes financiers présumés utilisés par dos Santos pour bâtir son empire commercial.

A LIRE AUSSI:   Coronavirus: la Tunisie envoie une équipe médicale en Italie

Depuis que les enquêtes de Luanda Leaks ont vu le jour, l’Angola a annoncé qu’elle et plusieurs associés étaient la cible d’une enquête criminelle.

En janvier, l’Angola a nommé dos Santos un suspect officiel pour des allégations de mauvaise gestion et de détournement de fonds alors qu’elle était présidente de Sonangol, qui avait déjà indiqué vouloir réduire l’influence de dos Santos à Unitel.

Lourenço s’est depuis déplacé pour écarter les personnalités puissantes associées à son prédécesseur et limogé dos Santos en tant que présidente de Sonangol.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Après l’attaque au Niger, Emmanuel Macron veut renforcer la sécurité des Français au Sahel