« L’Afrique souffre de surendettement à cause de la corruption »

Le ministre rwandais de la planification économique et des finances, Uzziel Ndagijimana,

Uzziel Ndagijimana, le ministre rwandais des finances, estime que « les pays à faibles revenus n’ont plus les ressources pour financer leur développement ».

Les pays à bas revenus s’alarment d’une hausse de leur endettement. Jeudi 17 octobre, 28 ministres de l’économie, la plupart issus d’Afrique francophone, ont ainsi demandé à la communauté internationale de prendre des mesures pour les aider à éviter une crise de la dette. Selon le Fonds monétaire international (FMI), celle-ci a plus que doublé dans les pays à bas et moyens revenus entre 2008 et 2018, passant de 3 462 milliards de dollars à 7 810 milliards de dollars (environ 7 010 milliards d’euros). Le service de la dette absorbe en moyenne 40 % des recettes budgétaires des pays francophones à bas revenus, ce qui leur laisse peu de marge de manœuvre financière pour progresser vers les objectifs de développement durable (ODD) fixés par l’ONU.

Entretien avec Uzziel Ndagijimana, ministre rwandais de la planification économique et des finances.

Les pays à bas revenus sont-ils menacés par une crise de la dette ?

Les pays à faibles revenus n’ont plus les ressources pour financer le développement ; la dette sert maintenant à rembourser la dette. Son poids s’est alourdi avec la chute du prix des matières premières et la baisse de la croissance en Afrique. Les dons et l’aide publique au développement ont diminué, alors que nos besoins en financement augmentent pour construire des infrastructures, nous adapter au réchauffement climatique et atteindre les objectifs de développement durable. Les prêts à taux préférentiels délivrés par les banques multilatérales comme la Banque mondiale ou la Banque africaine de développement sont insuffisants. Les pays doivent donc chercher des financements ailleurs, sur les marchés financiers.

A LIRE AUSSI:   Côte d’Ivoire: Pascal Affi N'Guessan se fait médiateur sur le cas Gbagbo

Les pays à bas revenus profitent-ils d’une baisse des taux d’intérêts sur les marchés européens et américains ?

C’est la question que je me pose moi-même, car l’argent qu’on emprunte via ces obligations ne va pas forcément dans les secteurs où on en a le plus besoin, comme l’éducation ou la santé. Ces obligations ne peuvent financer que des projets qui ont un rendement élevé à court ou moyen terme. Dans le cas du Rwanda, nous avons émis en 2013 des obligations libellées en devises étrangères pour construire un centre de congrès et développer le secteur du tourisme. Nous ne pourrions pas en faire usage dans le domaine de l’éducation ou de la santé, par exemple. Et malgré la baisse des taux d’intérêts sur les marchés européens et américains, les obligations libellées en devises étrangères nous coûtent cher.

Les pays les plus pauvres étant plus risqués, le coût de l’emprunt y est plus élevé que dans les économies développées. Cela une incidence non seulement sur le volume de la dette, mais aussi sur sa qualité. Si elle est constituée de prêts concessionnels de long terme, c’est-à-dire avec des conditions favorables et des périodes de grâce, alors elle est saine. Si le poids des emprunts à court terme augmente, alors elle est plus fragile. Le problème, c’est que dans les pays pauvres, la qualité de la dette se dégrade, elle est davantage soumise à la volatilité des flux financiers.

David Malpass, le président de la Banque mondiale, insiste également pour que la dette soit plus transparente…

La dette ne peut être transparente que si elle est contractée auprès des marchés financiers ou des bailleurs de fonds internationaux. Lorsqu’elle est négociée en bilatéral, de pays à pays, il est difficile de dévoiler les conditions de l’emprunt. Ce qui importe surtout dans la gestion de la dette, c’est la visibilité à long terme ; et nous devons surtout surveiller le risque de dette cachée.

A LIRE AUSSI:   Au Liberia, des centaines de personnes manifestent contre la politique économique de George Weah

N’y a-t-il pas d’autres moyens pour financer le développement des pays pauvres ?

Le moyen le plus efficace, c’est d’attirer les investissements étrangers. Et il faut pour cela améliorer la gouvernance, faciliter les démarches des entreprises, simplifier l’acquisition des terres, améliorer la transparence, raccourcir les procédures. Et si les investissements augmentent, alors les recettes fiscales aussi, et le poids de la dette diminuera.

Les pays pauvres doivent aussi combattre la corruption. Ils souffrent de surendettement parce que les capitaux qui arrivent chez eux sont détournés par la corruption et fuient vers les pays riches. En Afrique, les fuites illégales de capitaux dépassent la totalité de l’aide publique au développement qu’elle reçoit. Il faut aussi améliorer le système de collecte des impôts, ce qui demande de la volonté politique mais aussi l’aide et l’expertise d’institutions comme la Banque mondiale et le FMI.

Source: Le Monde Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Centrafrique : à Sotchi, Faustin-Archange Touadéra demande des « armes lourdes » à Vladimir Poutine

Read Next

Aida Diallo: une femme peut-elle diriger une communauté religieuse en islam?