La Mauritanie se prépare à une élection historique alors que le mécontentement règne

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, en mars 2015. © AFP PHOTO / WATT ABELJELIL

Les Mauritaniens voteront samedi pour la nomination d’un nouveau président dans le cadre du premier transfert pacifique du pouvoir dans ce pays d’Afrique de l’Ouest depuis l’indépendance de la France en 1960.Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz attend l’arrivée du président français à l’aéroport de Nouakchott, en Mauritanie, le 2 juillet 2018. Ludovic Marin / Pool via Reuters

Le président Mohammed Ould Abdel Aziz quittera son poste après deux mandats de cinq ans depuis son accession au pouvoir en 2008, résistant à une tendance des dirigeants africains postcoloniaux à chercher à étendre leur pouvoir au-delà des limites constitutionnelles.

Au cours des deux dernières années, le Togo et le Tchad ont limité leur mandat présidentiel à deux mandats de cinq ans – mais ces lois ne seront pas appliquées rétroactivement, permettant ainsi aux présidents actuels de rester au pouvoir pendant plus de dix ans. Abdel Aziz, allié des puissances occidentales dans la lutte contre les islamistes dans la région du Sahel, laisse derrière lui une économie qui reprend de la vigueur depuis 2017 après la chute du prix du minerai de fer qui a pesé sur les bénéfices à l’exportation.

Le Fonds monétaire international s’attend à une croissance de près de 6% cette année, contre 3,5% en 2018. L’économie recevra un coup de pouce lorsqu’un important gisement de gaz offshore commencera à produire au début de la prochaine décennie. Mais les six candidats à l’élection présidentielle, dont un éminent militant anti-esclavagiste et un ancien Premier ministre, sont confrontés à un mécontentement généralisé chez les jeunes qui voient peu de perspectives dans ce vaste pays désertique à la densité de population réduite où moins de 1% des terres sont arables et les salaires ont stagné.

A LIRE AUSSI:   Afrique du Sud : la question raciale secoue l'Alliance démocratique

«Nous, les gens souffrent, on nous fait du tort, il n’ya pas de travail, on vous emploie pour un salaire misérable», a déclaré un homme sur un marché de la capitale, Nouakchott. « Ensuite, les collecteurs d’impôts prennent ce qu’ils doivent prendre de ce salaire misérable. »

La Mauritanie, qui chevauche l’Afrique noire et l’Afrique arabe, a été le dernier État au monde à interdire l’esclavage en 1981. Mais 2% de sa population vit toujours en esclavage, selon le Global Slavery Index de 2018. Des groupes de défense des droits de l’homme affirment que la dissidence contre Abdel Aziz a été réprimée de force par les troupes gouvernementales, notamment lors de manifestations réclamant la fin du commerce d’esclaves persistant dans le pays.

«Les jeunes en ont assez», a déclaré un jeune électeur potentiel qui a demandé à ne pas être nommé. « Tous les opposants au gouvernement, tels que les artistes qui ont dénoncé l’État, ils sont tous partis, ils se sont tous échappés parce qu’il n’y avait pas de droits égaux ».

La Mauritanie se classe au 159ème rang sur 189 dans le dernier indice de développement humain des Nations Unies.

Parmi les candidats de samedi figurent l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, le candidat du parti au pouvoir Mohamed Ahmed Oudl Ghazouani et le militant anti-esclavagiste Biram Dah Abeid, le plus proche rival d’Abdel Aziz en 2014.

Source: Reuters/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Bénin: le sort de Boni Yayi au centre des discussions

Read Next

Alassane Ouattara : face au jihadisme, « la Minusma et le G5 Sahel ne suffisent pas »