La dette de l’Afrique du Sud se transforme en hippopotame « mangeant l’héritage de nos enfants »

Tito Mboweni

Le déficit budgétaire de l’Afrique du Sud sera le plus élevé de l’ère post-apartheid, et le ministre des Finances a averti mercredi dans son discours d’urgence sur le budget que la dette était devenue un hippopotame dévorant l’héritage de leurs enfants.

La dette publique devrait représenter plus des trois quarts du produit intérieur brut, la crise des coronavirus étouffant l’économie, a annoncé mercredi le Trésor.

Le ministre des Finances, Tito Mboweni, a averti que les générations futures paieront cher à moins que l’Afrique du Sud ne prenne des mesures énergiques pour contrôler ses emprunts.

«La dette est notre faiblesse. Nous avons accumulé beaucoup trop de dettes; ce ralentissement en ajoutera plus », a déclaré Mboweni.

«Notre tâche herculéenne est de fermer la bouche de l’hippopotame. C’est manger l’héritage de nos enfants. Nous devons l’arrêter maintenant », a-t-il ajouté.

L’économie la plus avancée d’Afrique était en récession avant que l’épidémie de COVID-19 ne ravage l’économie, et le verrouillage qui a suivi fin mars a mis encore plus de pression sur les entreprises et les consommateurs.

Cette semaine, le nombre de cas en Afrique du Sud a dépassé 100 000 au total, avec plus de 2 100 décès, le plus élevé du continent.

Pour amortir le coup économique de la pandémie sur l’économie, le président Cyril Ramaphosa a annoncé un programme de secours de 500 milliards de rands (28,86 milliards de dollars) en avril, soit 10% du PIB de l’Afrique du Sud.

Dans un budget supplémentaire en réponse à la crise des coronavirus, le Trésor a prévu que le principal déficit budgétaire s’élargirait à 14,6% du PIB au cours de l’exercice 2020/21 actuel – le plus élevé depuis que l’Afrique du Sud a levé les entraves de sa règle d’apartheid isolée au niveau mondial en 1994.

A LIRE AUSSI:   L'économie sud-africaine commence très mal l'année 2019

Le déficit budgétaire consolidé, qui comprend également les dépenses financées par les recettes des provinces, des caisses de sécurité sociale et des organismes publics, a atteint 15,7% du PIB.

Parallèlement, le Trésor a prévu que la dette publique brute augmenterait à 81,8% du PIB en 2020/21, contre 63,5% l’année dernière.

Le rand a prolongé ses pertes sur la journée en réponse au budget.

L’économie devrait se contracter de 7,2% cette année, après le strict verrouillage à l’échelle nationale, qui a fortement réduit la production dans des secteurs clés tels que l’exploitation minière et la vente au détail.

Certaines restrictions de verrouillage ont depuis été assouplies pour permettre aux secteurs clés de reprendre leurs activités.

L’Afrique du Sud a approché le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, la nouvelle Banque de développement des BRICS et la Banque africaine de développement pour trouver des fonds pour contribuer au plan de sauvetage.

Le gouvernement a également rapatrié les dépenses précédemment prévues pour aider à lutter contre le virus, le budget supplémentaire prévoyant 145 milliards de rands pour des interventions COVID-19 immédiates.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Eco: le président nigérian évoque un risque de dislocation de la Cédéao

Read Next

Au Bénin, le journaliste Ignace Sossou sort de prison après six mois de détention