La Banque africaine de développement déclare que les critiques du chef de la Banque mondiale sont « trompeuses »

Akinwumi Ayodeji Adesina, président de la Banque Africaine de développement

La Banque africaine de développement a repoussé jeudi les commentaires du président de la Banque mondiale, David Malpass, selon lesquels elle et des banques de développement régionales similaires contribuaient aux nouveaux problèmes d’endettement des marchés, affirmant que ses critiques étaient « trompeuses et inexactes ».

Malpass a déclaré lundi lors d’un forum sur la dette du FMI de la Banque mondiale que la Banque africaine de développement «injectait de grandes quantités d’argent au Nigéria, en Afrique du Sud et dans d’autres pays sans le programme le plus solide pour le soutenir et le faire avancer». Il a déclaré que la BAD, la La Banque asiatique de développement et les agences officielles de crédit à l’exportation avaient tendance à prêter trop rapidement, aggravant les problèmes d’endettement difficiles dans les pays émergents.

La banque africaine de développement a déclaré que la déclaration de Malpass était «inexacte et non fondée sur des faits. Il porte atteinte à l’intégrité de la Banque africaine de développement, sape nos systèmes de gouvernance et insinue à tort que nous fonctionnons selon des normes différentes de la Banque mondiale. »

Le prêteur au développement basé à Abidjan, en Côte d’Ivoire, a déclaré qu’il fournit un programme de gouvernance solide pour ses pays membres régionaux qui se concentre sur la gestion financière et de la dette durable, la gestion transparente des ressources naturelles et la mobilisation des ressources intérieures.

La banque a déclaré qu’elle avait dirigé l’émission de financements en monnaie locale dans plusieurs pays pour atténuer les risques de change, tout en aidant les pays à améliorer la collecte des impôts et à orienter les actifs de retraite vers le développement des infrastructures.

A LIRE AUSSI:   CEDEAO : L’ECO, les dix mystères levés sur la nouvelle monnaie

« La Banque africaine de développement coordonne les activités de prêt, en particulier ses prêts à l’appui des politiques du secteur public, en étroite collaboration avec les institutions financières internationales sœurs (notamment la Banque mondiale et le FMI) », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle dépend de la viabilité de la dette du FMI et de la Banque mondiale. analyses dans l’élaboration de son aide financière aux pays à faible revenu.

Source: Reuters Afrique / Mis en ligne : Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’Union africaine s’attelle (enfin) au panafricanisme financier

Read Next

Le discours de Ramaphosa souligne la faiblesse des perspectives de crédit en Afrique du Sud – Fitch