Gabon : Ali Bongo Ondimba nomme son fils Noureddin « coordinateur des affaires présidentielles »

Le chef de l’État gabonais a nommé, jeudi 5 décembre en conseil des ministres, son fils Noureddin « coordinateur des affaires présidentielles ». Celui-ci sera chargé « d’assister le président de la République dans la conduite de toutes les affaires de l’État ».

Alors que l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga, est toujours interrogé dans le cadre de l’opération Scorpion, l’entourage du président Ali Bongo Ondimba continue d’être modifié en profondeur. Jeudi 5 décembre, un nouveau poste, celui de « coordinateur des affaires présidentielles », a été créé et confié au fils du chef de l’État, Noureddin Bongo Valentin.

Ce dernier sera assisté d’un « conseiller spécial du président de la République », qui sera son directeur de cabinet : Ian Gyslain Ngoulou. Il aura pour mission « d’assister le président de la République dans la conduite de toutes les affaires de l’État » et de veiller « à la stricte application de ses décisions ».

« Président de la République adjoint »

Noureddin Bongo Valentin, fils de la Première dame Sylvia Bongo Ondimba, travaillera en étroite collaboration avec le nouveau porte-parole du palais, Jessye Ella Ekogha, nommé en remplacement d’Ike Ngouni Aila Oyouomi, mis en détention dans le cadre de l’opération Scorpion.

« C’est le Gabon : on monte une opération anti-corruption, on nous parle de grand nettoyage et, finalement, on s’aperçoit que tout ça ne servait qu’à une chose : nommer son fils président de la République adjoint », ironise un baron de l’opposition.

Galaxie Olam

Depuis quelques mois, Noureddin Bongo Valentin avait pris une place importante au palais du bord de mer. Chargé par son père d’une mission de surveillance de Brice Laccruche Alihanga (BLA), il recevait au palais présidentiel ceux qui se plaignaient de ce dernier. « Il était déjà le conseiller officieux du président depuis des mois. Cela ne fait qu’officialiser la situation », confie un proche du palais.

A LIRE AUSSI:   Coronavirus : 18 chefs d’État, de gouvernement et d’institutions internationales appellent à une réponse multilatérale pour l’Afrique

Formé à Londres, du collège d’Eton à la London Business School, le fils d’ABO a longuement travaillé, à partir de 2014, au sein d’Olam Gabon, où il faisait figure de bras-droit de Gagan Gupta. Il y a notamment géré le projet du port minéralier d’Owendo. Noureddin Bongo Valentin est également le patron d’une société d’investissement basée à Londres, Shanah investments Ltd.

Signe de son influence et de celle d’Olam Gabon, c’est aussi l’un de ses proches et ancien cadre de l’entreprise, le technocrate Théophile Ogandaga, qui a été nommé directeur de cabinet le 7 novembre à la place de BLA. Ogandaga travaille également avec un adjoint, Mohamed Ali Saliou, lui aussi réputé proche de Noureddin Bongo Valentin.

Source: Jeune Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

En Algérie, les anciens premiers ministres à la barre pour « le procès de l’ère Bouteflika »

Read Next

Togo : l’élection présidentielle se tiendra le 22 février 2020