Félix Tshisekedi coincé entre le marteau et l’enclume

Le président congolais continue à être bloqué au Parlement par son accord politique passé avec le FCC de l’ancien président Joseph Kabila.

Des manifestants se réclamant de son parti, l’Union pour la démocratie et le progrès social, ont violemment protesté contre la réforme de la justice initiée par les députés FCC Aubin Minaku et Gary Sakata.

Ces manifestations se sont déroulées deux jours de suite dans certaines villes dont Kinshasa et Lubumbashi. Elles se sont soldées par des destructions ciblées, visant notamment des hauts cadres du Front commun pour le Congo (FCC).

Le président Félix Tshisekedi a condamné ces violences, tout en indiquant qu’il comprenait la colère du peuple qui traduit son attachement à un véritable Etat de droit. Kasongo Mwema est porte-parole du président Félix Tshisekedi :

« Tout en respectant le droit constitutionnel de manifester, le chef de l’Etat condamne avec véhémence les violences et attaques perpétrées ces jours, il en appelle ainsi au calme et au respect de la loi par tous. »

Absence de majorité

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de Félix Tshisekedi, en coalition avec l’Union pour la nation congolaise de Vital Kamerhe (UNC), récemment condamné à 20 ans de prison pour détournement d’argent public, n’a pas la majorité parlementaire.

De nombreux manifestants sont venus en moto-taxi

De nombreux manifestants sont venus en moto-taxi

Le président congolais dirige donc en coalition avec le FCC de l’ex-président Joseph Kabila qui détient pour sa part la majorité au Parlement. Pour Nehemie Mwilanya, coordonnateur du FCC, les partisans de l’UDPS doivent comprendre tout cela :

« Il ne faut pas être complexé d’être minoritaire dans un pays ou dans un Parlement. Surtout quand vous levez l’option d’aller en coalition avec une force majoritaire. Mais alors, utilisez ce mécanisme pour que votre volonté soit prise en compte. Mais ce n’est pas vous, minoritaire, qui devez imposer votre volonté à la majorité. Ça ne marchera pas. »

Par ailleurs, plusieurs analystes, dont Alain Matonda du groupe Nissi Kingdom Consulting, estiment que les deux parties ont tout intérêt à continuer ensemble la gestion du pays pour le bien des Congolais.

A LIRE AUSSI:   RDC : convoqué par le procureur, Vital Kamerhe ne répondra pas à « l’invitation »

Source : Deutsche welle Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La finale de la Coupe d’Afrique des Nations de l’année prochaine pourrait être reportée

Read Next

Éthiopie: le Conseil de sécurité va se pencher sur le dossier du barrage de la Renaissance