Enquête sur la corruption en Afrique du Sud pour convoquer Zuma le mois prochain

Former South African President Jacob Zuma arrives at the High Court where he faces charges that include fraud, corruption and racketeering, in Pietermaritzburg, South Africa, October 15, 2019. REUTERS/Rogan Ward – RC1DACEDF0A0

Une enquête sud-africaine pour corruption lancera une convocation pour que l’ancien président Jacob Zuma comparaisse pour témoigner le mois prochain, a annoncé vendredi le juge qui préside la procédure.

Le juge en chef adjoint Raymond Zondo a déclaré que Zuma serait tenu de comparaître du 16 au 20 novembre, ajoutant que cela pourrait se faire par vidéoconférence si les dispositions appropriées étaient prises.

L’enquête a été mise en place il y a plus de deux ans pour tester les allégations selon lesquelles Zuma aurait permis aux frères Gupta, ses amis, de piller les ressources de l’État et d’influencer les nominations au gouvernement au cours de ses neuf années au pouvoir.

« Le secrétaire de la commission est par la présente autorisé et chargé de signer et d’émettre une convocation … demandant à M. Jacob Gedleyihlekisa Zuma, ancien président de la République d’Afrique du Sud, de comparaître » les 16 et 20 novembre pour témoigner, a déclaré Zondo .

Zuma, qui a comparu à l’enquête en juillet 2019, a nié avoir enfreint la loi avec les Guptas. 

Les responsables des preuves de l’enquête ont tenté de faire comparaître Zuma cette année pour répondre à davantage de questions, mais il ne l’a pas fait.

Zuma a déclaré par l’intermédiaire de ses avocats qu’il n’avait pas pu assister à l’enquête. Ses raisons ont inclus qu’il se préparait à un procès pénal et que ses médecins lui avaient conseillé de limiter ses mouvements pendant la pandémie de COVID-19.

Zuma a déclaré par l’intermédiaire de ses avocats le mois dernier que Zondo avait un parti pris contre lui et qu’il demanderait la récusation de Zondo.

A LIRE AUSSI:   L’Af/Sud se joint aux essais de vaccins contre le coronavirus

Les Guptas ont réfuté les allégations d’actes répréhensibles. Ils ont quitté l’Afrique du Sud au moment où Zuma a été évincé par le Congrès national africain au pouvoir en février 2018.

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La libération des otages, un succès politique pour le nouveau pouvoir malien?

Read Next

Le prix Nobel de la paix attribué au Programme alimentaire mondial de l’ONU