Égypte : l’ex-président Hosni Moubarak est mort

Mardi 25 février, l’ex-président égyptien Hosni Moubarak, contraint à la démission après le soulèvement populaire de 2011, est mort à l’âge de 91 ans à l’hôpital militaire Galaa au Caire, a indiqué à l’Agence France-Presse son beau-frère le général Mounir Thabet. La famille se trouvait toujours à l’hôpital mardi en milieu de journée, a ajouté le général en précisant que la présidence égyptienne se chargerait d’organiser les funérailles de Moubarak, qui a dirigé l’Égypte pendant trois décennies.

Le 24 janvier, son fils, Alaa Moubarak avait indiqué sur Twitter que son père avait subi « une opération chirurgicale et […] qu’il se portait bien, grâce à Dieu ». Depuis sa destitution, la santé fragile de Hosni Moubarak a été l’objet d’incessantes spéculations et d’informations contradictoires faisant état, tour à tour, de dépression aiguë, d’un cancer, d’accidents cardiaques ou de problèmes respiratoires.

Premiers hommages

Ce dernier a régulièrement été hospitalisé et admis en soins intensifs, depuis qu’il a quitté le pouvoir. La nouvelle de son décès a été confirmée et relayée par la télévision égyptienne et les grands titres de la presse locale, tels que le journal Al-Ahram. Parmi les premières réactions, la présidence actuelle a publié un communiqué présentant ses condoléances à la famille de l’ancien autocrate, présenté comme l’un des « héros de la guerre d’octobre 1973 [contre Israël, NDLR] », durant laquelle il avait dirigé l’armée de l’air.

À l’autre bout du spectre politique, Mohamed el-Baradei, Prix Nobel et figure de proue de l’opposition libérale à l’ancien autocrate, a également présenté ses condoléances à la famille du défunt. Ayman Nour, opposant en exil en Turquie et ancien candidat à la présidentielle de 2012, a déclaré dans un tweet de condoléances « pardonner personnellement » l’ex-président Moubarak.

A LIRE AUSSI:   En Egypte, des manifestations dans plusieurs villes pour exiger le départ du président Sissi

Israël a été parmi les premiers pays à réagir mardi au décès de Moubarak : le Premier ministre Benyamin Netanyahou saluant un « ami personnel, un leader qui a conduit son peuple à la paix et à la sécurité, à la paix avec Israël ». Et le président palestinien Mahmoud Abbas a salué son engagement en faveur de la « liberté et de l’indépendance » du peuple palestinien, alors que l’Égypte de Moubarak avait joué un rôle de médiateur de premier plan durant les périodes de haute tension entre Palestiniens et Israéliens.

Ennuis judiciaires puis indifférence

L’ancien commandant en chef, à la tête pendant 30 ans d’un régime marqué par les abus policiers et la corruption, aura été le premier président du pays à être traduit en justice. Il a toutefois été blanchi de la plupart des accusations qui pesaient contre lui.

Ses ennuis judiciaires seront peu à peu éclipsés par l’arrivée au pouvoir des Frères musulmans en 2012 et la destitution en 2013 du président Mohamed Morsi par le général Abdel Fattah al-Sissi, devenu président l’année suivante. Au fil des années, l’aversion des Égyptiens pour l’ex-président s’est petit à petit muée en une sorte d’indifférence mêlée de nostalgie, son règne étant perçu comme une période de stabilité révolue.

Source : Le Point Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Sénégal : Kemi Seba, trente heures de rétention et une nouvelle expulsion

Read Next

Sahel : « une crise sans précédent » sévit dans la sous-région