Des scientifiques britanniques craignent que les vaccins ne protègent pas contre la variante du coronavirus sud-africain

Vaccin

Des scientifiques britanniques ont exprimé leur inquiétude lundi sur le fait que les vaccins COVID-19 en cours de déploiement en Grande-Bretagne pourraient ne pas être en mesure de se protéger contre une nouvelle variante du coronavirus qui a émergé en Afrique du Sud et s’est propagée à l’échelle internationale.

La Grande-Bretagne et l’Afrique du Sud ont détecté ces dernières semaines de nouvelles variantes plus transmissibles du virus causant le COVID-19, qui ont entraîné une augmentation du nombre de cas. Le secrétaire britannique à la Santé, Matt Hancock, a déclaré lundi qu’il était désormais très préoccupé par la variante identifiée en Afrique du Sud.

Simon Clarke, professeur agrégé en microbiologie cellulaire à l’Université de Reading, a déclaré que si les deux variantes avaient quelques nouvelles caractéristiques en commun, celle trouvée en Afrique du Sud « a un certain nombre de mutations supplémentaires … qui sont préoccupantes ».

Il a déclaré que ceux-ci comprenaient des modifications plus étendues d’une partie clé du virus connue sous le nom de protéine de pointe – que le virus utilise pour infecter les cellules humaines – et «peuvent rendre le virus moins sensible à la réponse immunitaire déclenchée par les vaccins».

Lawrence Young, virologue et professeur d’oncologie moléculaire à l’Université de Warwick, a également noté que la variante sud-africaine a «de multiples mutations de pointe».

«L’accumulation de plus de mutations en pointe dans la variante sud-africaine est plus préoccupante et pourrait conduire à une certaine évasion de la protection immunitaire», a-t-il déclaré.

Des scientifiques, dont le PDG de BioNTech, Ugur Sahin et John Bell, professeur Regius de médecine à l’Université d’Oxford, ont déclaré qu’ils testaient les vaccins contre les nouvelles variantes et ont déclaré qu’ils pourraient apporter les modifications nécessaires dans environ six semaines.

A LIRE AUSSI:   Chef de la Banque mondiale: certaines banques de développement alourdissent le fardeau de la dette des pays pauvres

Public Health England a déclaré qu’il n’y avait actuellement aucune preuve suggérant que les vaccins COVID-19 ne protégeraient pas contre les variants de virus mutés. Le ministère britannique de la Santé n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Les pays les plus riches du monde ont commencé à vacciner leurs populations pour se protéger contre une maladie qui a tué 1,8 million de personnes et écrasé l’économie mondiale.

Il y a actuellement 60 candidats vaccins en cours d’essais, y compris ceux qui sont déjà en cours de déploiement depuis AstraZeneca et Oxford, Pfizer et BioNTech, Moderna, Sputnik V en Russie et Sinopharm en Chine.

Les scientifiques affirment que les variantes sud-africaine et britannique sont associées à une charge virale plus élevée, ce qui signifie une plus grande concentration de particules virales dans le corps des patients, ce qui peut contribuer à une transmission accrue.

Bell d’Oxford, qui conseille le groupe de travail du gouvernement britannique sur les vaccins, a déclaré dimanche qu’il pensait que les vaccins fonctionneraient sur la variante britannique, mais a déclaré qu’il y avait un «grand point d’interrogation» quant à savoir s’ils fonctionneraient sur la variante sud-africaine.

Sahin de BioNTech a déclaré à l’Allemagne ‘Spiegel dans une interview publiée vendredi que leur vaccin, qui utilise de l’ARN messager pour instruire le système immunitaire humain de lutter contre le virus, devrait être en mesure de se protéger contre la variante britannique.

«Nous testons si notre vaccin peut également neutraliser cette variante et nous en saurons bientôt plus», a-t-il déclaré.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Algérie : un internaute condamné à trois ans de prison pour des mèmes anti-pouvoir