Des banques culturelles pour sauver le patrimoine africain

Masque

On ne sait pas exactement combien de masques, sculptures et trouvailles archéologiques sortent chaque année illégalement d’Afrique de l’Ouest. Cela pourrait être évité grâce à la mise en place de musées locaux.

Daouda Keita est assis dans son bureau au Musée national du Mali, à Bamako. Le musée a une collection archéologique et ethnographique de renom et est réputé pour son grand jardin de verdure.

Le directeur du musée, lui-même archéologue, s’est fixé comme objectif de soutenir la conservation du patrimoine malien dans tout le pays. Il s’engage pour la mise en place de « banques culturelles ». La première est née en 1997 à Fombori, une localité située en pays dogon, dans l’est du Mali :

« Les premières banques culturelles ont été construites à partir d’un financement obtenu à la Banque mondiale. Il y avait un Américain de Peacecorps qui m’a proposé de participer à une compétition. Et heureusement pour nous, nous avons été primés. »

Kulturbanken in Westafrika Artefakte
Ces objets sont utilisés pour les cérémonies au Bénin

Des sources de revenus pour les villageois

La banque culturelle est une sorte de musée de village. Les membres de la communauté villageoise peuvent y déposer les masques, sculptures ou autres objets culturels en leur possession pour qu’ils soient exposés.

En échange de leur prêt, ils reçoivent de l’argent qu’ils peuvent par exemple réinvestir dans l’agriculture. Le concept a fait des émules, notamment au Nigeria et au Bénin.

« La banque culturelle permet aussi de procurer des ressources financières aux communautés pour leur bien-être », résume Frank Komlan Ogou, directeur intérimaire de l’École du Patrimoine africain (EPA) à Porto Novo.

Les banques culturelles sont aussi un moyen de lutter contre le trafic illégal d’objets du patrimoine culturel. Son volume est difficile à estimer, mais il représente un véritable problème pour les pays d’Afrique, notamment au Mali où la situation sécuritaire favorise ces activités, déplore Daouda Keita.

A LIRE AUSSI:   L’UEMOA suspend son plan de convergence pour faire face à la crise due au coronavirus

« En 2014, on a été en mission sur des sites archéologiques dans la région de Mopti, dans le cercle de Douentza. On a trouvé plusieurs dizaines de sites détruits à 100%. Il y avait des pilleurs qui vivaient et travaillaient sous nos yeux, qui n’avaient pas peur de nous et qui faisaient le commerce devant nous. »

Theophilus Umogbai milite pour le retour des objets d'arts volés

Theophilus Umogbai milite pour le retour des objets d’arts volés

Campagnes de sensibilisation au Nigeria

Confronté au même problème, le Nigeria mène des campagnes actives de sensibilisation auprès de la population. C’est ce qu’explique Theophilus Umogbai. Il est directeur du Musée national de Benin City, dans le sud du pays, la ville d’où sont issus la majorité des célèbres bronzes du Bénin :

« Nous organisons des campagnes de sensibilisation à la télévision et à la radio: nous parlons de la signification des objets et du fait qu’ils ne doivent pas être vendus ou exportés à l’étranger illégalement. »

Les musées du Nigeria collaborent avec des antiquaires pour dénicher les propriétaires qui envisagent de vendre leurs objets et négocier avec eux la conservation de ce patrimoine dans son pays d’origine

Source: Deutsche Welle Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Des médecins chinois prêtent main-forte au Burkina

Read Next

Tunisie : Un complot visant à propager le coronavirus au sein des forces de sécurité déjoué