Controverse autour des trésors et objets d’art d’Afrique volés sous le colonialisme

Le président sénégalais Macky Sall (à droite) reçoit l’épée d’El Hadj Omar Saidou Tall lors d’une cérémonie avec le Premier ministre français Edouard Philippe.

C’est un coq à l’histoire controversée qui a voyagé loin de chez lui au Nigeria – mais qui doit maintenant être rendu.

Un collège universitaire de Cambridge a annoncé qu’il rapatrierait l’un des objets appelés Bronzes du Bénin, pillé à Benin City, au Nigeria actuel, il y a plus d’un siècle lors d’un raid militaire britannique.

Le coq, connu sous le nom d' »okukor », a été exposé à la cantine de l’université jusqu’en 2016, lorsque les étudiants ont insisté pour qu’il soit enlevé et ramené à son lieu d’origine.

Le Jesus College de Cambridge a dit dans une déclaration : « Il ne fait aucun doute que la statue a été pillée directement de la Cour royale du Bénin dans le cadre de l’expédition punitive de 1897 et donnée au Collège en 1905 par le père d’un étudiant du Collège Jésus. »

Elle a ajouté que le patrimoine « appartient à l’actuel Oba de la Cour du Bénin » – les gardiens de la culture du peuple d’Edo.

Restitution culturelle

L’annonce a suscité des appels en faveur du retour d’un plus grand nombre d’artefacts historiques dans les musées britanniques vers leur pays d’origine.

« La majorité de ces objets ont été pillés. On parle des bronzes du Bénin, des endroits d’Afrique, d’Asie. Ils ont été littéralement volés « , a déclaré le professeur Kehinde Andrews de l’Université de Birmingham City.

« La seule justification de leur présence ici était le colonialisme. La Grande-Bretagne doit comprendre que le colonialisme est mort depuis longtemps et que la seule chose responsable à faire est de rendre ces objets à qui ils appartiennent. »

Le président sénégalais Macky Sall (à droite) reçoit l'épée d'El Hadj Omar Tall lors d'une cérémonie avec le Premier ministre français Edouard Philippe au Palais de la République à Dakar, Sénégal, le 17 novembre 2019.
Image captionLe président sénégalais Macky Sall (à droite) reçoit l’épée d’El Hadj Omar Saidou Tall lors d’une cérémonie avec le Premier ministre français Edouard Philippe.

Le débat en Grande-Bretagne reflète des initiatives similaires qui semblent s’accélérer dans d’autres parties de l’Europe, notamment en France, où le président Macron a ordonné la « restitution du patrimoine africain à l’Afrique », temporairement ou définitivement, dans les prochaines années.

A LIRE AUSSI:   Le FMI s’attend à une croissance ralentie pour l’Afrique subsaharienne en 2020

Lors d’une cérémonie à Dakar, la capitale sénégalaise, le pays a rendu l’un de ces objets, un sabre qui appartenait à Omar Saidou Tall, qui régnait sur une partie de ce qui est maintenant la Guinée, le Sénégal et le Mali dans la seconde moitié du XIXe siècle.

« Je pensais que c’était un mythe »

Aujourd’hui, le sabre se trouve au Musée des civilisations noires de la capitale sénégalaise, Dakar.

Le président sénégalais Macky Sall (à droite) reçoit l'épée El Hadj Omar Tall lors d'une cérémonie avec le Premier ministre français Edouard Philippe au Palais de la République à Dakar, Sénégal, le 17 novembre 2019.
Image captionLe président sénégalais Macky Sall a déclaré que c’était une « journée historique ».

L’épée courbée en fer, laiton et bois a une lame de fabrication française et un manche en forme de bec d’oiseau.

Il a été conservé dans son étui en cuir dans le musée, prêté par la France, mais les députés français se prononceront sur la question de savoir s’il convient de restituer définitivement cet objet et d’autres artefacts.

Mamadou Tall, l’arrière-arrière-petit-fils d’Omar Tall, a déclaré à la BBC qu’il pensait que le sabre n’existait peut-être pas vraiment

Ahmadou Ségou Tall, fils d'Omar Tall
Image captionLe fils d’Omar Tall, Ahmadou, fut vaincu par les Français en 1893 et on lui enleva le sabre.

« Il y a quelques images de lui priant sur une épée parce qu’il a (été) victorieux sur les colonialistes, » dit Mamadou.

« Mais j’ai toujours pensé que c’était un mythe ou peut-être une partie du mythe. »

Hadj Mamadou Mactar Thiam, un autre descendant de la famille était à la cérémonie à Dakar. Il a dit à BBC Afrique : « Cette épée représente un symbole qui appartient à notre ancêtre. »

Les colons français avaient pillé la bibliothèque d’Ahmadou à Ségou, et Thiam a ajouté. « J’espère que tous nos livres qui sont maintenant en France nous seront rendus. »

Trésors volés

A brass plaque under the Benin Bronzes collection

Sous la domination coloniale en Afrique, des milliers d’objets culturels ont été pillés et sont aujourd’hui exposés dans les musées européens.

Dans certains cas, les institutions ont accepté de les restituer. En voici quelques-unes des plus symboliques.

A LIRE AUSSI:   « L’Afrique souffre de surendettement à cause de la corruption »

Bronzes du Bénin

Benin Bronzes on display at the British Museum, November 2018

Les Bronzes du Bénin sont une collection de sculptures et de plaques délicatement réalisées, en fait en laiton, qui ornent le palais royal de l’Oba, Ovonramwen Nogbaisi, au Royaume du Bénin, qui fut incorporé au Nigeria sous domination britannique.

Sous la domination coloniale britannique, on estime à 1 000 le nombre d’objets qui se sont retrouvés dans les musées du monde entier.

L’an dernier, les institutions ont accepté de prêter une partie du trove au nouveau Musée royal du Nigeria, dont l’ouverture est prévue en 2021.

Mangeurs d’hommes de Tsavo

Lieutenant Colonel John Patterson
Image captionLieutenant Colonel John Patterson

Il s’agissait de deux lions de la région de Tsavo, au Kenya, qui a tué et mangé des dizaines de cheminots à la fin du XIXe siècle.

Après avoir été tués, ils ont été empaillés et se sont retrouvés au Field Museum of Natural History de Chicago. Les autorités kenyanes veulent récupérer les bêtes.

Pierre de Rosette

La Pierre de Rosette exposée au British Museum à Bloomsbury le 14 octobre 2016 à Londres
Image captionLa Pierre de Rosette exposée au British Museum à Bloomsbury le 14 octobre 2016 à Londres

L’un des artefacts les plus importants du Musée britannique, cette ancienne dalle de pierre gravée de messages a fourni aux experts des indices importants pour apprendre à lire les hiéroglyphes égyptiens – leur ancienne forme d’écriture.

Il a été saisi en 1801 après que les troupes britanniques aient vaincu l’armée de Napoléon en Égypte. Les musées égyptiens réclament depuis longtemps la restitution de la pierre.

La reine Bangwa

Sculpture of the Bangwa Queen currently owned by the Dapper Foundation in Paris, France

La reine Bangwa, haute de 81 cm, est une sculpture en bois du Cameroun, représentant le pouvoir et la santé du peuple Bangwa.

Il a soit été donné à ou pillé par l’agent colonial allemand Gustav Conrau au début du XXe siècle. Elle a changé de mains à plusieurs reprises et s’est retrouvée avec la Fondation Dapper à Paris.

A LIRE AUSSI:   RDC: premier compromis pour la formation du nouveau gouvernement

Un rapport officiel français a recommandé son retour au Cameroun.

Trésors Maqdala

Musée V&A, exposition Maqdala 1868 : Couronne, or et cuivre doré avec perles de verre, pigment et tissu, fabriqué en Ethiopie, 1600-1850
Image captionMusée V&A, exposition Maqdala 1868 : Couronne, or et cuivre doré avec perles de verre, pigment et tissu, fabriqué en Ethiopie, 1600-1850

Les trésors de Maqdala comprennent une couronne en or du XVIIIe siècle et une robe de mariée royale, prélevée en Éthiopie (anciennement Abyssinie) par l’armée britannique en 1868.

Les historiens disent que 15 éléphants et 200 mulets ont été nécessaires pour emporter tout le butin de Maqdala, la capitale du nord de la citadelle de l’Empereur Tewodros II.

Certains d’entre eux sont maintenant conservés au Victoria and Albert Museum de Londres, qui a accepté de les prêter à l’Ethiopie.

Restauration du patrimoine africain

Trois Grandes Statues Royales de l'ancien Dahomey (actuellement Bénin, Afrique de l'Ouest) sont exposées au Musée du quai Branly - Jacques Chirac à Paris
Image captionUn rapport commandé par le président français recommande que les œuvres d’art réclamées soient renvoyées dans leur pays d’origine.

Selon un rapport officiel français publié l’année dernière, on estime qu’entre 80 et 90% de l’art historique africain se trouve dans des musées étrangers.

Elle estime qu’au moins 90 000 objets provenant de pays africains, en particulier d’Afrique subsaharienne, sont conservés dans les musées français.

Le musée du quai Branly à Paris compte à lui seul environ 46 000 pièces acquises « avec un certain degré de contrainte ».

Depuis le rapport, une série d’objets volés doivent être restitués par les pays européens à leurs pays d’origine – dont 26 œuvres d’art prises au Bénin, pays d’Afrique de l’Ouest à l’époque coloniale et exposées au quai Branly.

En mai, l’Allemagne a annoncé qu’elle rendrait à la Namibie un repère de navigation connu sous le nom de Croix de pierre – qui a été placé sur la côte africaine par les Portugais en 1496.

Des objets aborigènes australiens ont également été rapatriés. Le musée de Manchester a récemment restitué 12 objets, dont des artefacts cérémoniels sacrés et un vêtement fait de plumes d’émeu, provenant d’Australie il y a plus d’un siècle.

Source: BBC Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

CPAD Comores 2019 : ouverture à Paris de la Conférence des partenaires pour le développement des Comores

Read Next

Gaz naturel : l’Afrique pourrait fournir 20 % des besoins mondiaux d’ici 2025