« Compact with Afrika »: l’heure est à nouveau au bilan

Trois ans après le lancement de “Compact with Afrika”, l’initiative lancée par l’Allemagne pour promouvoir l’investissement en Afrique réunit ce mardi, des dirigeants des pays concernés autour d’Angela Merkel.

Lancé en grande pompe lors du G20 en 2017, l’objectif de l’initiative « Compact with Afrika » est d’attirer des investisseurs privés dans les Etats africains, qui à leur tour s’engagent à initier des réformes économiques. 

Mais les espoirs sont quelques peu déçus trois ans après son lancement, selon l’économiste Robert Kappel, auteur d’une étude critique commandée par la Fondation Friedrich Ebert sur le projet.

« Les investissements dans les pays du Compact with Africa n’ont pas augmenté. Ce qui a été accompli, c’est d’améliorer les conditions générales d’investissement dans les pays africains. Ceux-ci ont rempli leur mission, mais ils sont également déçus par le fait que les investissements directs ne soient pas plus importants. »

Les investissements étrangers dans les 12 pays du pacte ont en effet à peine augmenté entre 2017 et 2018 pour atteindre 21 milliards de dollars. Un chiffre toujours inférieur au niveau de 2016.  Par ailleurs, 80% des fonds ont été affectés à quatre pays : l’Egypte, le Maroc, l’Ethiopie et le Ghana. 

Et puis il y a aussi la question de la création d’emplois, très attendue par les gouvernements africains mais qui tarde à se concrétiser. 
On estime qu’environ 440 millions de personnes vont entrer sur le marché du travail en Afrique d’ici 2030 – mais personne ne sait comment elles vont gagner leur vie.

Accroître les investissements

Cependant, les partisans du « Compact with Africa » mettent en garde contre l’abandon du programme. Rob Floyd travaille pour le Centre africain pour la transformation économique (ACET), un groupe de réflexion basé au Ghana qui évalue les progrès de l’initiative pour le compte des pays membres. Et il estime qu’il faut poursuivre les efforts.

« Bien sûr, on peut faire plus. Tant au sein des pays du Pacte qui doivent faire une promotion plus efficace de leurs propres projets auprès des investisseurs, mais aussi dans les pays du G20, où il est nécessaire de promouvoir plus activement l’investissement en Afrique auprès des entreprises. « 

En dépit des manquements, les informations devraient être plus positives à la réunion de ce mardi. Il sera entre autre question de la présentation de « projets phares » de sociétés allemandes en Afrique. 

A LIRE AUSSI:   Tunis : polémique autour de la vente d’alcool aux Berges du lac

Lors de la conférence « Compact with Africa » de l’année dernière, la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé la création d’un fond pouvant atteindre un milliard d’euros pour soutenir les entreprises allemandes et africaines.

Mais la plupart des entreprises allemandes cherchent toujours leurs marchés ailleurs. Jusqu’à présent, environ 800 entreprises à capitaux allemands seulement sont actives en Afrique.

Selon une étude de l’Institut Allensbach, à peine 5% des autres entreprises allemandes envisagent de faire des affaires sur le continent à l’avenir.

Source: Deutsche Welle Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Algérie : le général Gaïd Salah se réjouit de « l’élan populaire » pour la présidentielle

Read Next

Présidentielle au Togo: rencontre entre l’opposition et le gouvernement