Cameroun: la société civile se mobilise contre l’impunité des forces de sécurité

militaires camerounais

Au Cameroun, les défenseurs des droits humains veulent profiter de la vague de contestation qui a suivi l’annonce de la mort du journaliste Samuel Wazizi lors de sa détention par des militaires, pour dénoncer l’impunité.

Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) lance ce lundi une campagne en ligne, associant les organisations des autres pays d’Afrique centrale et demandant le soutien des organes des Nations unies, de l’Union africaine et des diplomates étrangers. Parmi les cas cités : des exécutions sommaires dans un village du nord en juillet 2018, la disparition le mois suivant de Franklin Mowha, membre du Redhac à Kumba, ou encore le massacre de Ngarbuh le 14 février 2020.

Il est temps que les enquêtes soient approfondies, estime Maximilienne Ngo Mbe. Pour la directrice exécutive du Redhac, la justice camerounaise ne doit pas se limiter à juger les exécutants, mais aussi les commanditaires : « Le but de la campagne, c’est parce que nous avons fait un constat depuis les bébés qui ont été assassinés dans l’Extrême-Nord, l’affaire de Gambo, et maintenant Wazizi. Et le but de la campagne, c’est d’abord de demander que dans les prochaines enquêtes, il y ait des membres des associations bien connues qui travaillent sur ces questions. Cela est la première chose. La deuxième chose, c’est de faire à ce que des commanditaires soient mis à nus parce qu’il faut qu’on arrive à prouver la responsabilité des commanditaires, à donner leur nom. De plus en plus, on va voir que, si les commanditaires ne sont pas poursuivis, s’ils ne sont pas punis, ils vont toujours par derrière faire ce qu’ils font, c’est-à-dire mettre leurs exécutants devant et c’est les exécutants qui vont payer. Nous craignons que la vague des exécutions sommaires, de disparitions forcées, d’arrestations arbitraires et d’exécutions au stade judiciaire ne pourront pas finir. Il faut castrer cette chaîne-là. »

A LIRE AUSSI:   Le MRC de Maurice Kamto dit ne pas être associé à une manifestation de soutien de la diaspora à Munich

Maximilienne Ngo Mbe salue par ailleurs la mise en place annoncée d’une commission d’enquête sur la mort de Samuel Wazizi, mais souhaite que la famille et la société civile y soient associées. C’est aussi le point de vue de maître Emmanuel Nkea, un des avocats de la famille Wazizi, qui demande que la famille soit représentée dans cette commission promise vendredi par le président Biya à l’ambassadeur de France. Les syndicats de journalistes, de leurs côtés, organisent des manifestations mardi pour demander la formalisation de cette commission, et à y être représentés, au moins par un avocat pour s’assurer de son indépendance.

Source: Rfi Afrique/Mis en : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Post-Covid : en Afrique, les Égyptiens sont particulièrement confiants pour leur économie

Read Next

Nganga Édo, le doyen de la musique congolaise, n’est plus