Affrontement entre policiers et manifestants en recherche d’emploi dans la ville tunisienne de Tataouine

Affrontement entre policiers et manifestants en recherche d’emploi dans la ville tunisienne de Tataouine

Des manifestants ont lancé des pierres sur la police et bloqué des routes dans la ville de Tataouine, dans le sud de la Tunisie, tirant des salves de gaz lacrymogène pour les disperser, dans une escalade des protestations contre le chômage élevé, ont déclaré des témoins.

Les manifestants demandent au gouvernement de mettre en œuvre un accord de 2017 pour créer des emplois dans les sociétés pétrolières et des projets d’infrastructure pour réduire le chômage qui atteint maintenant 30% dans la région, l’un des taux les plus élevés de Tunisie.

Une décennie après la fin de la révolution populaire, le régime autocratique de Zine El-Abidine Ben Ali, l’État nord-africain a encore du mal à offrir des opportunités économiques aux jeunes sans emploi dans les régions défavorisées comme Tataouine.

«La situation est dangereuse dans notre région. De la fenêtre de ma maison, je vois des forces de police lancer au hasard (des gaz lacrymogènes) et pourchasser de jeunes hommes », a déclaré à Reuters Ismail Smida, un résident.

Un autre témoin a déclaré que la police s’est échauffée avec des centaines de manifestants jetant des pierres, bloquant les routes et scandant: « Nous n’abandonnerons pas, nous voulons notre droit au développement et à l’emploi. »

En 2017, les protestations contre le manque d’emplois dans les provinces de Tataouine et Kebili ont frappé la production de pétrole et de gaz naturel dans une région où opèrent la société française Perenco et l’Autrichien OMV, ce qui a conduit à un accord prometteur d’emplois dans les projets pétroliers et de développement.

A LIRE AUSSI:   Tractions autour du nouveau gouvernement en Tunisie : Ennahdha et Qalb Tounes débloquent la situation

Mais les manifestants disent qu’après trois ans, l’accord n’a pas été mis en œuvre.

La Tunisie a été le berceau des soulèvements du printemps arabe de 2011 qui ont renversé les autocrates du pouvoir dans les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, mais le seul à réaliser une transition vers la pleine démocratie.

Depuis lors, cependant, l’économie tunisienne est en crise et aucun gouvernement n’a réussi à résoudre des problèmes chroniques, notamment une inflation élevée, le chômage et la corruption.

Source: Reuters Afrique/Mis en : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Affaire Thione Seck : le chanteur sénégalais condamné en appel

Read Next

Gabon : Magloire Ngambia a refusé de se présenter face aux juges