La population de prisonniers en Ouganda augmente, faisant craindre une épidémie de COVID-19

Prison ougandaise

L’Ouganda a enregistré une augmentation de 10% du nombre de personnes en prison depuis mars, a déclaré vendredi un responsable de la prison à Reuters, avec des milliers de personnes emprisonnées pour des violations présumées des règles de verrouillage des coronavirus.

En imposant l’un des verrouillages les plus stricts d’Afrique, le pays de 42 millions d’habitants n’a enregistré que 1213 cas de COVID-19 et cinq décès dus à la maladie, malgré l’effondrement des hôpitaux publics, les grèves des médecins et les scandales de corruption.

Mais il y a eu au moins trois cas de nouveau coronavirus dans les prisons, alimentant les inquiétudes qu’il pourrait se propager parmi les prisonniers. Une trentaine de détenus qui craignaient d’être infectés se sont échappés depuis que la pandémie a frappé l’Ouganda, bien que certains aient été repris depuis.

«La peur de contracter le COVID-19 a alimenté l’anxiété parmi les détenus et nous avons eu des évasions massives dans deux prisons», a déclaré Frank Baine, porte-parole du service des prisons.

Les établissements correctionnels du monde entier ont été un terrain fertile pour le COVID-19. La population carcérale africaine de plus d’un million est particulièrement vulnérable en raison de la surpopulation, de la malnutrition et des soins de santé limités, selon les experts de la santé.

Les autorités au Togo, en République démocratique du Congo, en Afrique du Sud et au Kenya ont signalé des flambées de COVID-19 dans leurs prisons.

Le nombre de prisonniers en Ouganda est passé de 59000 à 65000 en cinq mois, exacerbant la surpopulation, a déclaré Baine, ajoutant que les violations du verrouillage – telles que le non-respect des couvre-feux, les interdictions de voyager et les restrictions à l’utilisation de véhicules – expliquaient l’augmentation inhabituellement importante du nombre de détenus.

A LIRE AUSSI:   Procès en appel du leader ambazonien Sissiku Ayuk Tabe ce jeudi au Cameroun

«Pendant le verrouillage, les gens ont continué à commettre des crimes, mais le système judiciaire s’est plus ou moins paralysé, de sorte que la population carcérale a inévitablement augmenté», a déclaré Baine.

Les prisons ougandaises ne peuvent accueillir confortablement que 20 000 détenus, selon le service des prisons.

«Tout ce qui dépasse 20 000 étire notre capacité», a-t-il dit, ajoutant qu’une amnistie par le président Yoweri Museveni pour certains contrevenants aux règlements COVID-19 commençait maintenant à réduire le nombre de prisonniers.

Pendant le verrouillage, l’interdiction des véhicules privés et publics a empêché certains détenus d’être traduits en justice pour des audiences et certains n’ont pas pu rentrer chez eux immédiatement après avoir purgé leur peine.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Centrafrique: l’ONU sanctionne Sidiki Abass, leader du groupe armé 3R

Read Next

Côte d’Ivoire: la période du contentieux des listes électorales prolongée et mouvementée