Zimbabwe: le gouvernement signe un accord en vue de dédommager les fermiers blancs

Emmerson Mnangagwa


Le gouvernement zimbabwéen a conclu un accord en vue de dédommager les fermiers blancs expropriés de leurs terres dans les années 2000. 3,5 milliards de dollars de fonds vont être levés. L’accord a été signé mercredi 29 juillet par les ministres des Finances et de l’Agriculture, ainsi que par le principal syndicat représentant ces fermiers. Au début des années 2000, quelque 4 000 des 4 500 grands propriétaires blancs de l’époque avaient été expulsés de leurs fermes.

Pour l’instant il ne s’agit que d’un engagement en vue d’un dédommagement. Le gouvernement n’a pas les moyens financiers de compenser ces fermiers blancs expropriés. L’accord prévoit donc la mise en place d’un comité, composé de fermiers et de donateurs, chargé de lever les fonds nécessaires. L’argent servira à rembourser les fermiers pour les structures, notamment les bâtiments et les équipements – et non les terres redistribués dans le cadre de la réforme agraire.

Pour le président Emmerson Mnangagwa, il s’agit un « accord historique » qui permet de « tourner la page ». Pour le syndicat des fermiers commerciaux, c’est un premier pas pour résoudre un dossier non réglé.

La réforme agraire est une des mesures les plus controversées du régime de Robert Mugabe. Elle continue de diviser l’opinion publique. Pour ses partisans, elle a servi à corriger les inégalités héritées de la colonisation. Pour ses détracteurs, elle s’est faite au profit de proche du régime, provoquant un effondrement de la production agricole

Le président Mnangagwa a indiqué qu’il ne ferait pas marche arrière sur la redistribution de la terre. Mais le dédommagement des fermiers blancs est vu comme un préalable à un réchauffement des relations avec les pays occidentaux

A LIRE AUSSI:   Les chutes Victoria se réduisent à un filet, alimentant les craintes liées au changement climatique

Source : Rfi Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

En Tunisie, Kaïs Saïed assoit son autorité face à un Parlement divisé