Xonam, une application pour appeler à l’aide

Xonam

Les citoyens togolais peuvent désormais signaler une violation des droits de l’homme sans redouter des représailles grâce à une application.

Xonam est une application mobile et web lancée au Togo pour aider les victimes de violations des droits de l’Homme. Xonam veut dire « à l’aide » ou « au secours ».

Elle permet aux Togolais de signaler des cas de violations des droits de l’homme et d’accéder au répertoire des organisations de défense.

Godwin Etsè, est le directeur du Centre de documentation et de formation sur les droits de l’Homme au Togo (CDFDH) :

« Il y a un besoin dans notre communauté. Ce besoin est qu’il se passe des choses et que les citoyens soient assistés juridiquement. Il faut que les citoyens trouvent des gens à qui s’adresser, lorsqu’ils sont en face de ces problèmes. Le citoyen togolais n’a pas ce réflexe de saisir les institutions quand il est face à une injustice. L’application Xonam facilite la tâche à ceux qui sont un peu timides, ceux qui ont des réticences à se déplacer, à venir voir les organisations, parce que grâce à ton téléphone, tu peux discuter directement et simplement avec un défenseur des droits de l’Homme ».

La victime ou le témoin d’une violation des droits de l’homme alerte l’équipe de défenseurs des droits de l’homme par l’application. L’équipe interagit avec la personne en ligne et lui donne des conseils pouvant déboucher sur une assistance juridique.

Emmanuel a été victime d’un abus :

« Je suis rentré dans l’application, j’ai écrit bonjour,  j’ai évoqué mes raisons et ils m’ont directement appelé. L’accueil même ça m’a soulagé. »

Toutes formes de violences

A LIRE AUSSI:   BAD : nouvel exil parmi les soutiens d’Akinwumi Adesina

Afi est une jeune femme veuve. Elle a récemment perdu son mari décédé dans un accident de la route.

« Après son décès, la famille a décidé de me renvoyer moi et mes enfants et de vendre le terrain. Je ne sais pas où moi et mes enfants allons aller. C’est l’application Xonam qui m’aide un peu maintenant à gérer la situation. Je dirai simplement que c’est une très bonne chose qui va aider la population toute entière. »

Plusieurs cas de violations des droits de l’homme sont pris en compte par l’application.

Godwin Etsè, directeur du Centre de documentation et de formation sur les droits de l’homme au Togo :

« Il y a plusieurs cas qui constituent des abus, c’est-à-dire qu’un un individu piétine les droits de son prochain, des violences conjugales, un parent qui frappe son enfant, un employeur qui licencie un travailleur de façon abusive ».

Cette application va sans aucun doute constituer une solution face aux réticences des victimes et des témoins à rapporter les cas de violations en raison des intimidations et autres menaces dont ils peuvent être également victimes.

Source : Deutsche welle Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Dette publique, populisme et protestations face à la crise en Tunisie

Read Next

Gabon : un nouveau gouvernement taillé pour préparer la présidentielle