Vœu de réforme, le Kenya apparaît comme l’un des premiers pionniers de l’OMC

La candidate kényane au poste de directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Amina Mohamed

La candidate du Kenya au poste le plus élevé de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a déclaré lundi qu’elle cherchait le soutien de Washington et a exprimé sa sympathie pour ses critiques à l’égard de l’organisme mondial alors qu’elle émerge comme l’une des deux femmes africaines en tête des réformes.

Amina Mohamed a déclaré à Reuters qu’une session de vérification à huis clos la semaine dernière s’était «très bien passée» en exposant sa plate-forme pour sortir le corps des crises des tensions commerciales mondiales et du protectionnisme croissant vers une plongée dans les affaires induite par COVID.

Les délégués affirment que Mohamed, un ministre de 58 ans et ancien président de l’OMC, est l’un des favoris aux côtés du Nigérian Ngozi Okonjo-Iweala pour remplacer le Brésilien Roberto Azevedo au poste de directeur général, bien que des semaines de campagne soient à venir.

L’OMC n’a jamais été dirigée par une femme ou un Africain.

«Le règlement doit être mis à jour en raison des préoccupations exprimées quant au fait que les règles ne sont pas adaptées à leur objectif», a-t-elle déclaré, ajoutant que la reprise de la cour d’appel la plus élevée serait une priorité et qu’elle espérait que ce serait à l’ordre du jour de la prochaine grande réunion de l’OMC en 2021.

Les États-Unis ont paralysé l’Organe d’appel en bloquant de nouveaux juges.

Dans un clin d’œil apparent à Washington, elle a évoqué les préoccupations concernant la «portée excessive» du corps.

Lorsqu’on lui a demandé si cela signifiait qu’elle sympathisait avec la position américaine, elle a déclaré: «Ces préoccupations qui ont été soulevées, elles n’auraient pas été soulevées si elles n’avaient pas eu de bonnes raisons de les soulever.»

A LIRE AUSSI:   Le président zimbabwéen appelle à faire preuve de patience pour ramener l'économie "morte"

La mission américaine n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les partisans de Mohamed disent qu’elle combine une connaissance approfondie de l’OMC avec une volonté de réviser ses règles vieilles de 25 ans. «La différence entre eux et moi, c’est que j’ai travaillé sur ce système», dit-elle.

Cependant, elle doit convaincre les pays africains qui ont exprimé leur soutien à Okonjo-Iweala.

Au cours de la semaine dernière, des pays ont organisé des cocktails à Genève pour présenter des candidats.

L’OMC les élimine par lots, en commençant par ceux qui ne gagneront probablement pas le consensus de 164 membres.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le Parlement égyptien approuve une possible intervention en Libye