Ouganda: les autorités multiplient les pressions sur l’opposant Bobi Wine

Ugandan former musician and Uganda’s political opposition figurehead Hon Kagulanyi Robert also known with his stage name Bobi Wine poses during a photo session in Paris, on June 13, 2019. (Photo by JOEL SAGET / AFP)

Après avoir été interpellé l’opposant Bobi Wine en début de semaine, la police ougandaise a bloqué mercredi 8 janvier une réunion publique du parlementaire prévue dans le centre du pays.

C’est le troisième meeting de Bobi Wine annulé en trois jours alors que cet opposant déclaré au président ougandais Yoweri Museveni lance sa campagne en vue de l’élection présidentielle prévue dans un an.

Officiellement, la police ougandaise bloque les meetings de Bobi Wine pour non-respect des règles de sécurité et d’hygiène. Autre raison invoquée : ces réunions se tiendraient dans des lieux ouverts. Des affirmations balayées par le camp du candidat : sur sa page Facebook, Bobi Wine indique que ces réunions se tiennent dans des halls d’hôtel, justificatifs de paiement à l’appui.

Cela fait un an et demi que le musicien devenu parlementaire est ciblé par des poursuites judiciaires en Ouganda. En août 2018, Bobi Wine est arrêté après le caillassage du convoi du président ougandais Yoweri Museveni à Arua, dans le nord du pays. Depuis cet incident, le chanteur fait des séjours fréquents dans les locaux de la police ougandaise.

Bobi Wine critique le gouvernement dans ses prises de parole politiques, mais aussi dans ses chansons. Face au président Museveni, en poste depuis plus de 30 ans, Bobi Wine prône notamment une « révolution de la jeunesse ».

Une « répétition »

« C’est devenu plus ou moins une mode : à chaque fois que Bobi Wine veut tenir une réunion publique, les autorités l’empêchent pour des raisons vraiment absurdes, pointe Seïf Magango, directeur adjoint du programme Afrique de l’Est d’Amnesty International. Ils ont dit que l’endroit du meeting n’avait pas de toilettes entre autres. Et demain ils diront quelque chose d’autre. C’est comme une répétition de ce qu’on a vu auparavant. »

A LIRE AUSSI:   Journée mondiale de l'eau : l'Afrique sous pression

Le responsable d’Amnesty International explique que le gouvernement utilise la loi de 2013 sur la gestion de l’ordre public. Une loi que l’ONG a appelé le gouvernement à réviser ou abroger à de nombreuses reprises. « Cette loi est contraire aux normes des droits de l’homme. Elle restreint la possibilité des gens de se réunir et le gouvernement ne devrait pas l’utiliser ainsi. C’est inquiétant que l’on se rapproche des élections et que seuls le parti au pouvoir ou les soutiens du président soient autorisés à se réunir et discuter de l’avenir du pays. »

Bobi Wine a prévu quatre réunions publiques dans les quatre prochains jours.

Source: RFI Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les États-Unis sanctionnent le premier vice-président sud-soudanais

Read Next

Tchad : abandon des poursuites visant le secrétaire général de la présidence