Mauritanie: libération de l’ancien président Mohamed ould Abdel Aziz

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz


L’ex-président mauritanien est rentré chez lui dans la nuit du dimanche au lundi 23-24 août sous les youyous de ses proches. Peu après une heure du matin, Mohamed ould Abdel Aziz a quitté la direction de la sureté où il était retenu depuis lundi dernier. Soulagement pour sa famille et ses avocats qui dénonçaient depuis une semaine ses conditions de détention et sa convocation elle-même par les enquêteurs.

Les enquêteurs souhaitaient entendre Mohamed ould Abdel Aziz sur de présumés détournements de biens publics durant sa décennie au pouvoir. Détournements mis au jour par une commission parlementaire qui a rendu son rapport à la justice début aout. Mais toute la semaine, il a gardé le même mode de défense: pas un mot. Une ligne de conduite, la même depuis lundi dernier. Il a juste concédé aux enquêteurs de décliner son identité et son titre d’ancien président. Car pour lui comme pour ses avocats sa détention était illégitime.

« Il (Mohamed ould Abdel Aziz) n’a pas voulu coopérer avec les enquêteurs, confie son avocat Me Takioullah Eidda. Il pense, avec raison, qu’il est devant de mauvais enquêteurs puisqu’il jouit d’une immunité constitutionnelle. Il ne peut être jugé ou être l’objet d’une enquête que devant la Cour de justice de la République islamique mauritanienne, et pour une haute trahison. Ce qui n’est pas le cas évidemment. Nous sommes très contents et soulagés de sa libération. »

Aucune charge n’a été signifiée à l’ancien chef de l’État dimanche soir. Il lui a simplement été demandé de ne pas quitter le pays. Ses avocats se disent aujourd’hui confiants, mais plus que jamais mobilisés pour garantir les droits de leur client.

A LIRE AUSSI:   Afrique du Sud : l'Alliance démocratique dans la tourmente

Source: Rfi Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Somalie: des ONG s’inquiètent d’un projet de loi sur les violences sexuelles

Read Next

COVID-19 : l’Afrique perdrait jusqu’à 4 milliards de dollars de recettes douanières en 2020