Madagascar : la France augmente son aide mais ne cède rien sur les îles Eparses

Lors de sa visite officielle, Jean-Yves Le Drian a annoncé une enveloppe de 240 millions d’euros sur quatre ans, sous forme de dons et de prêts.

Après trois mois de silence, la visite de Jean-Yves Le Drian à Madagascar, jeudi 20 février, avait laissé espérer une avancée ou, à défaut, des clarifications sur l’épineux dossier des îles Eparses, dont le président Andry Rajoelina a officiellement demandé la restitution à la France. Il n’en a rien été.

Interpellé lors d’un bref échange avec la presse, le chef de la diplomatie française s’est contenté de répondre : « C’est un sujet qui mérite une discussion approfondieComme vous le savez, les deux présidents se sont parlé au mois de mai, ils ont décidé de mettre en place une commission mixte pour à la fois échanger des arguments juridiques et des propositions de développement sur les zones concernées. […] Il va y avoir maintenant une deuxième réunion et le travail va se poursuivre en amitié et en confiance. »

Depuis la première réunion de cette commission mixte, le 18 novembre à Antananarivo, la balle est dans le camp de Paris pour organiser le deuxième round des négociations. Le temps presse. Les deux chefs d’Etat se sont fixé comme échéance le 26 juin 2020, date du 60e anniversaire de l’indépendance de l’ancienne colonie française, pour parvenir à une « solution commune ». Paris invoque le récent remaniement ministériel à Madagascar et le changement d’interlocuteur, avec la nomination d’un nouveau ministre des affaires étrangères, pour expliquer cette longue pause et promet que la date d’une prochaine rencontre sera rapidement connue.

A LIRE AUSSI:   Afrique : entre besoin d'investir et risque de surendettement

« Ici c’est la France »

Face à ce discours rassurant, personne ne voit pourtant quelle pourrait être l’issue des discussions tant que les deux parties continuent de poser en préalable la reconnaissance de leur souveraineté sur les quatre îlots situés dans le canal du Mozambique (le cinquième, Tromelin, dans l’océan Indien, étant quant à lui revendiqué par l’île Maurice). Par une série de déclarations jugées brutales et provocatrices par les Malgaches, Emmanuel Macron a coupé court à tout compromis. « Ici c’est la France », avait-il notamment proféré, le 23 octobre, en foulant le sable des îles Glorieuses, promises à devenir une réserve naturelle nationale d’ici au mois de juin.

Même si le sujet des Eparses n’étaitpas inscrit à l’agenda officiel de la visite de M. Le Drian, c’est bien cette position que le ministre était chargé de rappeler au président malgache, avec lequel il s’est entretenu à huis clos : la France ne transigera pas sur sa souveraineté mais reste ouverte à une coopération dans les domaines de la pêche, de la protection de la biodiversité ou de la sécurité maritime.

A ceux qui suspectaient la France de vouloir conserver ces territoires inhabités pour les hydrocarbures présents dans le sous-sol océanique, le ministère de l’écologie a opportunément annoncé, jeudi, que le gouvernement mettait « définitivement un terme aux forages en mer de France » et avait « refusé de prolonger le permis exclusif de recherches en mer de “Juan de Nova maritime profond” ». Ce que la société Marex, détentrice du permis, savait déjà depuis plusieurs semaines.

Côté malgache, Andry Rajoelina a également fait monter la pression en faisant de la restitution des Eparses un enjeu de justice et de fierté nationale, alors que la grande majorité de la population, jeune et rurale, n’a jamais entendu parler de ce différend territorial qui ne mobilise qu’une partie des élites de la capitale. Mi-décembre, en présence de représentants venus de toutes les régions, une concertation nationale a été organisée pendant trois jours à Antananarivo afin de sensibiliser l’opinion publique. « Nous ne sommes pas de ceux qui reculent. Si nous n’obtenons pas la restitution de ces îles maintenant, nous les perdrons à jamais », avait alors déclaré le chef de l’Etat.

A LIRE AUSSI:   L’ex-président du Bénin Boni Yayi quitte le pays pour des raisons de santé, en pleine crise politique

Coopération renforcée

Pour faire valoir ses droits, Madagascar s’appuie sur la résolution adoptée en 1979 par les Nations unies, reconnaissant sa souveraineté sur l’archipel. En confiant le ministère des affaires étrangères à Djacoba Tehindrazanarivelo, M. Rajoelina a choisi un fin connaisseur du droit international. Ce juriste a consacré sa thèse aux sanctions internationales prises sous l’égide des Nations unies, et son directeur de thèse n’était autre que le professeur Raymond Ranjeva, aujourd’hui membre de la commission mixte et, surtout, auteur de la résolution de 1979 favorable à Madagascar. L’application de la décision onusienne reste donc officiellement la revendication préalable. « Nous devons travailler ensemble sur les modalités de restitution sur la base des décisions onusiennes », a répété Valéry Ramonjavelo, secrétaire général de la présidence.

Jeudi cependant, au palais présidentiel d’Iavoloha, où se tenaient la rencontre bilatérale et la conférence de presse, M. Rajoelina s’est montré étonnamment silencieux sur le sujet, préférant se féliciter de la qualité des relations et des « nombreux champs de coopération » entre les deux pays. Il est vrai que M. Le Drian n’était pas venu les mains vides : une enveloppe de 240 millions d’euros sur quatre ans, moitié en dons, moitié en prêts, a été annoncée pour soutenir le Plan émergence Madagascar, feuille de route gouvernementale pour le développement de l’île.

Cette somme prend en compte l’aide bilatérale octroyée par la France, mais, assure-t-on dans l’entourage de M. Le Drian, elle permettra d’aller « beaucoup plus loin ». Cette aide s’est élevée à 55 millions d’euros en 2018, faisant de la France le deuxième contributeur au budget de l’assistance internationale bilatérale, derrière les Etats-Unis. L’enveloppe des dons devrait doubler, passant de 17 millions en 2018 à 30 millions en 2020 et les années suivantes. Pour M. Rajoelina, le différend sur les Eparses n’est donc pas un obstacle au renforcement de la coopération avec la France. Il est même possible d’imaginer que l’augmentation de l’aide française sera une contrepartie à une fin de non-recevoir de Paris sur ce dossier.

A LIRE AUSSI:   Madagascar: mieux orienter les jeunes pour leur éviter la case chômage

Source: Le Monde Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Audit du programme d’urgence de Tshisekedi : le directeur de la Safricas interpellé

Read Next

Le Sénégal risque-t-il le surendettement