L’Union africaine soutient l’appel à renoncer aux droits de propriété intellectuelle sur les médicaments COVID-19

union africaine

L’Afrique du Sud et l’Inde, qui fabriquent à la fois des médicaments et des vaccins, ont fait la proposition l’année dernière à l’Organisation mondiale du commerce, affirmant que les règles de propriété intellectuelle (PI) empêchaient l’intensification urgente de la production de vaccins et la fourniture de produits médicaux à certains patients.

Ils se sont heurtés à l’opposition de certains pays développés, mais le soutien de l’Union africaine pourrait donner un nouvel élan à la tentative d’assouplissement des règles de propriété intellectuelle.

John Nkengasong, directeur des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies, a déclaré lors d’une conférence de presse que les transferts de propriété intellectuelle étaient un «gagnant-gagnant pour tout le monde» qui permettrait de remédier aux énormes inégalités en matière de santé publique mondiale.

Il a donné deux exemples où le monde en développement avait souffert d’un accès limité aux médicaments: la pandémie de grippe porcine à la fin des années 2000 et le VIH / sida dans les années 90.

«En 1996, des médicaments anti-VIH étaient disponibles et nous avons vu comment la mortalité dans les pays développés a considérablement diminué. Mais il faudrait 10 ans avant que ces médicaments soient accessibles en Afrique de manière significative », a-t-il déclaré.

«Entre les deux, 12 millions d’Africains sont morts, alors j’utilise simplement ces chiffres pour dire: tout transfert de propriété intellectuelle sera bénéfique pour tout le monde, car personne ne veut s’asseoir et être fier de ce triste événement. … Nous voulons être du bon côté de l’histoire.

Par ailleurs, le directeur de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, a exhorté les sociétés pharmaceutiques à faire preuve de souplesse avec leur propriété intellectuelle pour faciliter l’accès aux médicaments.

A LIRE AUSSI:   Affaire Chebeya: 9 ans après, Mwilambwe veut rentrer en RDC pour y être jugé

Elle a exprimé l’espoir que les discussions sur la renonciation aux droits de propriété intellectuelle « se transformeraient en action à un moment donné dans le futur ».

Nkengasong a ajouté que le groupe de travail de réglementation du CDC pour l’Afrique avait approuvé le vaccin COVID-19 d’AstraZeneca pour une utilisation d’urgence, un jour après que le Ghana a reçu ses premières doses d’AstraZeneca de l’installation de distribution mondiale de vaccins COVAX.

Il a déclaré que les développeurs du vaccin russe Spoutnik V avaient soumis des dossiers de données au CDC africain et qu’un groupe d’experts les examinerait.

«Nous n’avons pas encore reçu de dossiers de collègues chinois, mais nous restons optimistes», a-t-il ajouté.

L’Égypte, le Zimbabwe et le Sénégal ont déjà commencé à déployer des tirs chinois COVID-19.

Source: Deutsche Welle Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Burundi : rivalité au sommet de l’Etat