L’Ouganda sévit contre les médias avant les élections de 2021, selon un chien de garde

Museveni

Les forces de sécurité ougandaises répriment les auteurs et les journalistes qui contestent le règne du président Yoweri Museveni, âgé de 34 ans, avant les élections de l’année prochaine, a indiqué à Reuters un chien de garde.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à New York, a déclaré avoir documenté les cas de 10 journalistes et écrivains agressés par des agents de sécurité, détenus ou accusés d’infractions liées à leur travail cette année, contre quatre de ces cas l’année dernière.

«La police et l’armée ont transformé les reportages politiques en une mission dangereuse», a déclaré Muthoki Mumo, le représentant du comité pour l’Afrique subsaharienne.

Les appels à commentaires adressés au porte-parole de la police Fred Enanga, au ministre de l’Information Judith Nabakooba et au porte-parole du président Don Wanyama n’ont pas été répondus.

Des élections présidentielles sont prévues au début de l’année prochaine. Les dirigeants de l’opposition disent que la répression rend la campagne encore plus difficile après que le gouvernement a interdit les rassemblements de masse, citant la propagation du nouveau coronavirus.

« Il sera presque impossible de faire campagne », a déclaré le législateur de l’opposition Asuman Basalirwa, soulignant que la plupart des stations de télévision et de radio sont pro-gouvernementales.

L’auteur satirique ougandais Kakwenza Rukirabashaija, 32 ans, a déclaré qu’il avait été arrêté en avril et interrogé pendant cinq jours au siège du ministère de la Défense à Mbuya pour savoir si son roman « The Greedy Barbarian » était une satire de Museveni.

Il a été battu avec une matraque, frappé au visage et enchaîné, a-t-il dit, montrant des cicatrices à Reuters et une analyse d’un rein endommagé qui, selon lui, provenait de la torture.

A LIRE AUSSI:   Les Guinéens iront aux urnes malgré la pandémie de coronavirus

« J’étais comme, demain je leur dirai n’importe quoi parce que je vais mourir … mon corps est devenu engourdi, le sang a cessé de couler », a-t-il déclaré à Reuters, la voix tremblante. «J’ai prié… bénissez ma famille, ma femme et mes enfants.»

Il a finalement été accusé de publications sur Facebook qui, selon les procureurs, ont encouragé les gens à désobéir aux mesures anti-coronavirus.

Le porte-parole militaire de l’Ouganda, le brigadier Richard Karemire, a déclaré qu’il n’était pas en mesure de commenter car il n’avait pas parlé aux personnes qui ont traité le cas de Rukirabashaija.

Des opposants politiques à Museveni, 75 ans, ont été fréquemment arrêtés et battus.

Les invectives profanées du professeur d’université Stella Nyanzi contre Museveni lui ont valu une large audience en ligne, mais l’ont également envoyée en prison.

Elle a été libérée en février après avoir purgé plus d’un an des accusations de cyber-harcèlement découlant de publications Facebook anti-Museveni. Un blogueur populaire, Joseph Kabuleta, a été arrêté l’année dernière après avoir qualifié Museveni de voleur. Il a déclaré à la télévision locale qu’il avait été dépouillé et trempé pendant son interrogatoire.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Un espion égyptien présumé dans le service de presse d’Angela Merkel

Read Next

RDC : l’affaire Dan Gertler ou l’urgence du changement d’un « système de gouvernance prédateur » ?