L’indice mondial des prix alimentaires augmente en juillet, prolongeant le rebond

Chariot d’un supermarché

Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont augmenté en juillet, sous l’impulsion des huiles végétales, des produits laitiers et du sucre, prolongeant un rebond par rapport au mois précédent à la suite de fortes baisses déclenchées par la pandémie de coronavirus, a annoncé jeudi l’agence alimentaire des Nations Unies.

L’indice des prix alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, qui mesure les variations mensuelles d’un panier de céréales, oléagineux, produits laitiers, viande et sucre, s’est établi en moyenne à 94,2 points en juillet contre un chiffre légèrement révisé de juin de 93,1 points.

«Comme en juin, de nouvelles augmentations des prix des huiles végétales, des produits laitiers et du sucre ont compensé la baisse des prix sur les marchés de la viande dans un contexte globalement stable de l’indice des prix des céréales», a déclaré la FAO dans un communiqué.

L’indice des prix des huiles végétales de l’agence a grimpé de 7,6% en juillet pour atteindre un sommet de cinq mois.

L’huile de palme a été soutenue par les ralentissements attendus de la production, la reprise de la demande mondiale et les pénuries prolongées de main-d’œuvre migrante, tandis que l’huile de soja et l’huile de colza ont été soutenues, respectivement, par un resserrement de l’offre au Brésil et une nouvelle demande en Europe, a-t-il déclaré. [POI /]

La demande d’huile végétale avait été freinée plus tôt dans l’année par des mesures de verrouillage pour contrer le nouveau coronavirus, en freinant la demande des restaurants et des biocarburants.

Dans le secteur laitier, tous les produits suivis par la FAO ont augmenté le mois dernier, aidant ainsi l’indice des prix des produits laitiers à augmenter de 3,5% et à remonter au-dessus du niveau pré-pandémique, a indiqué l’agence.

A LIRE AUSSI:   Burundi : Une démission qui en dit long

Les poudres de lait ont augmenté en raison de la forte demande d’importations des acheteurs asiatiques dans un contexte d’inquiétude concernant les disponibilités d’exportation en Océanie. Le beurre et le fromage ont été soutenus par une forte demande d’importation mais sont restés en deçà des niveaux d’avant la pandémie, a déclaré la FAO.

Les prix moyens du sucre ont augmenté de 1,4%, soutenus par la hausse des prix de l’énergie et la production réduite par la sécheresse en Thaïlande, en partie contrebalancés par de solides volumes de trituration de sucre au Brésil. [SOF / L]

En revanche, l’indice de la viande de la FAO a glissé de 1,8% et était de 9,2% inférieur au niveau de l’année précédente, la demande mondiale d’importations continuant à être inférieure à la disponibilité malgré les perturbations des abattages liées aux coronavirus.

L’indice céréalier est resté pratiquement inchangé, les fortes hausses du maïs (maïs) et du sorgho liées aux achats chinois de fournisseurs américains contrebalancées par des cours de riz plus faibles et des prix du blé stables.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

TOGO : Après la mort « au Covid19 » de Kokou Agbokpe, panique et désinfection aux Transports routiers

Read Next

Télécoms : MTN quitte le Moyen-Orient pour se recentrer sur l’Afrique