Les trolls français et russes luttent pour leur influence en Afrique, selon Facebook

Des campagnes de désinformation concurrentes françaises et russes ont cherché à tromper et influencer les internautes en République centrafricaine avant une élection plus tard ce mois-ci, a déclaré Facebook mardi.

Facebook a déclaré que c’était la première fois qu’il voyait des opérations d’influence étrangère s’engager directement sur ses plateformes, avec de faux comptes se dénonçant mutuellement comme des «fausses nouvelles».

La société a déclaré avoir suspendu trois réseaux totalisant près de 500 comptes et pages pour un soi-disant «comportement inauthentique coordonné». Un réseau était lié à des «individus associés à l’armée française», a-t-il déclaré, tandis que les deux autres avaient des liens avec des «individus associés à des activités passées de l’Agence russe de recherche sur Internet» ainsi qu’à l’homme d’affaires russe Evgeny Prigozhin.

Le ministère français de la Défense et le commandement militaire n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Les représentants de Prigozhin, qui, selon les procureurs américains, ont ordonné à Internet Research Agency de se mêler des élections américaines de 2016, n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Il nie les allégations américaines.

«Vous ne pouvez pas combattre le feu par le feu. Nous avons ces deux efforts de différents côtés de ces problèmes en utilisant les mêmes tactiques et techniques, et ils finissent par se ressembler », a déclaré Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité de Facebook.

La France et la Russie souhaitent toutes deux affirmer leur influence en Afrique. Paris a des liens avec de nombreux pays africains francophones, qu’il considère comme essentiels pour empêcher la propagation d’une islamisation violente, et Moscou se bat pour se positionner sur un marché lucratif.

A LIRE AUSSI:   Maroc : le roi en fer de lance de la diplomatie

Facebook a déclaré que les deux campagnes se sont largement concentrées sur la République centrafricaine (RCA), qui vote le 27 décembre, mais ont également ciblé des utilisateurs dans 13 autres pays africains, dont l’Algérie, le Cameroun, la Libye et le Soudan.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Infographie : en Afrique, une pandémie de Covid-19 maîtrisée ?

Read Next

Au Nigeria, Boko Haram revendique l’enlèvement de centaines de lycéens