L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan dans l’impasse sur le barrage géant du Nil

Ethiopian workers construct on March 31, 2015 the Grand Renaissance Dam near the Sudanese-Ethiopian border. Ethiopia began diverting the Blue Nile in May 2013 to build the 6,000 megawatt dam, which will be Africa’s largest when completed in 2017. The leaders of Egypt and Ethiopia promised on March 24 to boost cooperation on the Nile river and turn a page on a long-running row over Addis Ababa’s controversial dam project. Egypt, heavily reliant for millennia on the Nile for agriculture and drinking water, feared that the Grand Renaissance Dam would decrease its water supply. AFP PHOTO / ZACHARIAS ABUBEKER (Photo by ZACHARIAS ABUBEKER / AFP)

L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan sont restés dans l’impasse après deux jours de discussions dans leurs différends concernant un barrage hydroélectrique géant sur le Nil, bien que le Caire ait déclaré qu’il espérait que les problèmes seraient résolus d’ici le 15 janvier, conformément à une date limite convenue avec Washington.

«Nous ne sommes pas parvenus à un accord aujourd’hui, mais nous avons atteint la clarté au moins sur toutes les questions, y compris le remplissage. Nous espérons parvenir à un accord la semaine prochaine à Washington », a déclaré jeudi à Reuters le ministre égyptien de l’Eau Mohamed Abdel Aty, après deux jours de réunions à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Les pays devraient se réunir le 13 janvier à Washington dans le but de résoudre leurs désaccords d’ici le 15 janvier sur le remplissage et l’exploitation du barrage hydroélectrique de 4 milliards de dollars que l’Éthiopie construit sur le Nil.

Ils ont accepté le calendrier après une réunion à Washington avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et le président de la Banque mondiale David Malpass en novembre.

Après que les réunions dans la capitale éthiopienne se soient terminées sans aucun progrès, le ministre éthiopien de l’eau, Sileshi Bekele, a accusé l’Égypte de participer aux pourparlers sans intention de parvenir à un accord.

«Nous ne nous sommes pas entendus sur le remplissage du barrage car l’Égypte a présenté une nouvelle proposition demandant que le remplissage soit effectué dans 12 à 21 ans. Ceci est inacceptable. Nous commencerons le remplissage du barrage d’ici juillet », a déclaré Sileshi lors d’une conférence de presse.

A LIRE AUSSI:   Sahel : le sommet organisé par le président Macron à Pau reprogrammé le 13 janvier

Le différend sur le remplissage et l’exploitation du barrage massif a déclenché une crise diplomatique entre l’Égypte et l’Éthiopie, qui voient toutes deux des menaces existentielles dans leurs positions respectives sur le projet.

Le Caire craint que le barrage du Grand Ethiopian Renaissance (GERD) ne restreigne l’approvisionnement en eaux du Nil, déjà rares, dont sa population de plus de 100 millions d’habitants dépend presque entièrement.

Addis-Abeba nie que le barrage nuira à l’accès de l’Egypte à l’eau et dit que le projet est crucial pour son développement économique, car il vise à devenir le plus grand exportateur d’électricité d’Afrique avec une capacité projetée de plus de 6000 mégawatts.

Un diplomate proche des pourparlers a déclaré que l’Éthiopie n’offrait pas de garanties suffisantes sur les réserves d’eau.

«L’Éthiopie n’est pas disposée à s’engager dans des garanties d’atténuation significatives, y compris pendant une sécheresse prolongée, il n’y avait donc aucune perspective d’accord. La prochaine étape va à (Washington) », a-t-il déclaré.

Si le différend n’est pas résolu d’ici le 15 janvier, un médiateur international sera nommé pour aider à le résoudre, selon l’accord conclu avec les pays à Washington.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Angola – Isabel dos Santos : la justice portugaise s’en mêle

Read Next

Mauritanie: un militant antiesclavagiste «expulsé par erreur»?