L’Égypte et le Soudan critiquent l’Éthiopie au début des discussions sur le nouveau barrage du Nil

Photographie aérienne prise le 21 juillet 2020 qui montre la mise en eau du Grand Barrage de la renaissance, ouvrage en cours de finalisation par l’Ethiopiesur le Nil. AFP

L’Égypte et le Soudan ont critiqué l’Éthiopie pour ce qu’ils ont appelé le remplissage unilatéral de son barrage du Nil Bleu lors d’un nouveau cycle de négociations qui a débuté lundi pour réguler le débit d’eau de l’énorme projet.

Le Soudan et l’Égypte craignent tous deux que le barrage hydroélectrique de 4 milliards de dollars ne conduise à des pénuries d’eau dans leur propre pays. Le Nil Bleu est un affluent du Nil, dont les 100 millions d’habitants de l’Égypte tirent 90% de leur eau douce.

Près d’une décennie de négociations tortueuses n’ont pas abouti à un accord pour réglementer la façon dont l’Éthiopie remplira le réservoir et exploitera le barrage tout en protégeant les rares réserves d’eau de l’Égypte. 

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne est en cours de construction à environ 15 km (9 miles) de la frontière avec le Soudan sur le Nil Bleu, qui fournit la majeure partie de l’eau du Nil après sa rencontre avec le Nil Blanc au Soudan.

La semaine dernière, l’Éthiopie, qui dit avoir besoin du barrage pour produire de l’électricité pour sa population, a déclaré qu’elle avait déjà atteint son objectif de la première année de remplissage du réservoir, grâce à une forte saison des pluies.

L’Égypte et le Soudan ont exprimé des inquiétudes concernant le «remplissage unilatéral», qui, selon eux, «jette une ombre sur la réunion et soulève de nombreuses questions sur la faisabilité du cours actuel des négociations et de parvenir à un accord équitable», a déclaré le ministère égyptien de l’Irrigation dans un communiqué.

A LIRE AUSSI:   Coronavirus: l’Ethiopie sort ses scanners et thermomètres pour rassurer à la veille du sommet de l’Union africaine

Le Soudan a déclaré que l’action de l’Éthiopie était «un précédent préjudiciable et inquiétant dans le cadre de la coopération entre les pays concernés», selon un communiqué de son ministère de l’Irrigation.

Il n’y a eu aucun mot immédiat de l’Éthiopie. Parmi les questions en jeu dans les pourparlers, accueillis par l’Union africaine, il y a comment le barrage fonctionnera pendant les «années sèches» de pluies réduites, et si l’accord et son mécanisme de résolution des différends devraient être juridiquement contraignants.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

« Il faut redéfinir le partenariat Afrique-UE, et le faire sur un pied d’égalité »

Read Next

Libye: des sources évoquent l’envoi de mercenaires somaliens