Le Soudan demande la dissolution du parti au pouvoir et abroge la loi sur l’ordre public

Les autorités de transition soudanaises ont approuvé jeudi une loi visant à dissoudre l’ancien parti au pouvoir et à abroger une loi sur l’ordre public utilisée pour réglementer le comportement des femmes sous l’ancien président Omar al-Bashir, a annoncé le ministre de la Justice.

Les deux mesures ont répondu aux principales revendications d’un mouvement de protestation qui a contribué au renversement de Bashir en avril.

Leur mise en œuvre constituera un test crucial pour déterminer dans quelle mesure les autorités de la transition souhaitent ou peuvent renverser près de trois décennies de règne de Bashir, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1989 et dont le mouvement islamiste a pénétré profondément dans les institutions du Soudan.

La loi visant à dissoudre le parti du Congrès national de Bashir (PCN) permet également la saisie de ses avoirs, a déclaré le ministre de la Justice, Nasredeen Abdelbari. La télévision d’Etat a qualifié cette mesure de « démanteler » l’ancien régime.

L’Association des professionnels soudanais (ASP), qui a été le fer de lance des manifestations contre Bashir, s’est félicitée de la loi.

« C’est un pas important sur la voie de la construction d’un Etat civil démocratique », a déclaré le groupe dans un communiqué.

La loi a été adoptée lors d’un marathon de 14 heures réunissant le conseil souverain et le cabinet du Soudan. La réunion a donné lieu à des disputes sur un article interdisant aux personnes occupant des postes de responsabilité dans l’ancien régime de se livrer à la politique, ont déclaré à Reuters des sources informées des débats.

Le Premier ministre Abdalla Hamdok a déclaré sur Twitter que cette mesure n’était pas un acte de vengeance, mais visait plutôt à préserver la « dignité de la population soudanaise ».

A LIRE AUSSI:   Mali : au moins vingt personnes tuées dans l’attaque de deux villages dans le Centre

Le ministre de l’Information, Faisal Mohamed Saleh, a déclaré que le retard dans l’approbation de la loi avait été causé par des travaux visant à « l’améliorer ». «Par cette loi, nous voulons établir une nouvelle ère», a-t-il déclaré.

FÊTE

À Khartoum, la capitale, des conducteurs ont sonné le glas de la voiture après l’annonce annoncée tard dans la nuit, tandis que d’autres ont échangé des slogans du soulèvement sur les médias sociaux.

Le gouvernement de Hamdok a été formé en septembre à la suite d’un accord de partage du pouvoir entre des groupes anti-Béchir et le Conseil militaire de transition qui a dirigé le pays immédiatement après le renversement de Bashir.

Les autorités de la transition devraient détenir le pouvoir pendant un peu plus de trois ans avant les élections.

Sous Bashir, la loi sur l’ordre public a été appliquée pour imposer des codes sociaux islamiques conservateurs, limitant la liberté des femmes en matière d’habillement, de mouvement, d’association, de travail et d’étude.

Cela pourrait inclure empêcher les femmes de porter un pantalon ou de laisser leurs cheveux découverts en public, ou de se mélanger avec des hommes autres que leur mari ou un parent proche.

Ceux qui se sont rendus coupables d’avoir enfreint la loi pourraient être passibles de flagellation. Hamdok a qualifié les règles «d’instrument d’exploitation, d’humiliation, de violation, d’agression contre les droits des citoyens».

Les femmes ont joué un rôle de premier plan au cours des mois de manifestations contre Bashir.

La militante des droits des femmes Hadia Hasaballah a déclaré que l’abrogation de la loi montrait l’échec de l’idéologie islamiste.

A LIRE AUSSI:   Zone franc : ouverture des réunions bi-annuelles à Paris

« La décision d’abolir la loi sur l’ordre public est l’aboutissement des luttes courageuses menées par les femmes pendant 30 ans », a-t-elle déclaré à Reuters. « Les femmes martyrs le méritent. »

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

« Sans la Monusco, ce serait pire » (Denis Mukwege, prix Nobel de la paix)

Read Next

Sahel : Emmanuel Macron veut repenser Barkhane, avec plus d’Européens à ses côtés