Le Premier ministre tunisien désigné promet de redonner espoir aux jeunes frustrés et aux entreprises réformées

Le prochain gouvernement tunisien devrait s’employer à réformer l’économie en difficulté et à redonner espoir aux jeunes frustrés, a déclaré dimanche le Premier ministre désigné.

Habib Jemli est confronté au défi de créer une coalition au pouvoir dans la Tunisie économiquement troublée après que le parti islamiste modéré Ennahda, qui a remporté la plupart des sièges à l’élection du mois dernier, l’ait nommé Premier ministre.

Berceau du Printemps arabe, la Tunisie est le seul pays à réaliser une transition pacifique vers la démocratie après les révoltes de 2011 qui ont balayé les autocrates du pouvoir en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Mais depuis lors, de nombreux gouvernements n’ont pas réussi à résoudre les problèmes économiques, notamment l’inflation élevée et le chômage, source de mécontentement, en particulier chez les jeunes.

« Ce sera la dernière chance pour le processus révolutionnaire », a déclaré Jemli. «Les Tunisiens ont été assez patients et les jeunes sont frustrés. Il est temps qu’ils voient l’espoir et la lumière au bout du tunnel. « 

Les priorités seront de lutter contre l’inflation des prix et d’améliorer les conditions de vie et les services publics des Tunisiens.

Le chômage s’élève à environ 15% en raison de la faible croissance, du faible investissement et d’une inflation élevée de près de 7%. L’impatience grandit parmi les institutions prêteuses telles que le Fonds monétaire international qui ont contribué à maintenir la Tunisie à flot et militent pour des réformes économiques.

Ces problèmes, conjugués à la détérioration des services publics et à la perception de la corruption par le gouvernement, ont poussé les électeurs à rejeter l’établissement politique aux élections.

A LIRE AUSSI:   Le gouvernement doit absolument négocier la libération de Soumaila Cissé"

Jemli, proche du parti Ennahda, entamera lundi des consultations avec les partis politiques pour discuter du programme gouvernemental et choisir les ministres. Il s’attend à ce que cela prenne des semaines.

Jemli a servi comme ministre adjoint dans le premier gouvernement formé fin 2011 après la chute de l’autocrate Zine El-Abidine Ben Ali à la suite d’un soulèvement pro-démocratique. Ennahda a également dirigé ce gouvernement.

Tout nouveau gouvernement aura besoin de l’appui d’au moins deux autres partis pour obtenir même la majorité parlementaire minimale de 109 sièges nécessaire pour adopter une loi.

  Si Jemli ne peut pas former un gouvernement dans les deux mois, le président peut demander à un autre d’essayer. Si cela échoue et que l’impasse persiste, il y aura une autre élection.

« Au lieu de différends politiques sur les postes et les sièges, il convient de mettre l’accent sur les réformes économiques, y compris celles des entreprises d’État confrontées à des difficultés majeures », a déclaré Jemli.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Guinée-Bissau : l’armée ne pense plus « à fomenter des coups d’État », rassure son chef

Read Next

Un chef des droits de l’homme éthiopien aux prises avec des ressources limitées