Le Parlement tunisien rejette le gouvernement proposé par Habib Jemli

Le Premier ministre tunisien Habib Jemli participe à la session de vote au Parlement, le 10 janvier 2020, à Tunis. © Reuters, stringer

Les députés tunisiens ont refusé, vendredi, d’accorder leur confiance au gouvernement proposé par Habib Jemli, le Premier ministre issu du parti d’inspiration islamiste Ennahda. Le président Kaïs Saied dispose d’un délai de dix jours pour engager des consultations afin de trouver un nouveau Premier ministre.

Trois mois après les élections législatives tunisiennes, le Parlement n’a pas accordé sa confiance au gouvernement proposé par le parti d’inspiration islamiste Ennahda. Les députés ont rejeté, vendredi 10 janvier, par 134 voix contre 72 le cabinet proposé par Habib Jemli.

Il revient désormais au président Kaïs Saied, un universitaire farouchement indépendant et très critique du système parlementaire, de désigner un autre futur Premier ministre susceptible de convaincre les députés.

Selon la Constitution, le chef de l’État a un délai de 10 jours pour engager des consultations afin de trouver « la personnalité jugée la plus apte de former un gouvernement dans un délai maximum d’un mois ».

Ce vote est un constat d’échec pour Ennahda, qui a été directement ou indirectement au pouvoir une bonne partie des neuf dernières années, et ce rebondissement risque de retarder les réformes attendues pour relancer une économie en berne.

Le Parlement, issu du scrutin législatif du 6 octobre, est composé d’une multitude de partis antagonistes. Ennahda ne détient que 54 sièges sur 217, bien qu’il en soit le principal parti, et les négociations laborieuses entre les partis pour former une coalition gouvernementale avaient échoué.

Ni partisan, ni indépendant

Habib Jemli, choisi le 15 novembre par Ennahda pour former le gouvernement, avait donc décidé de constituer un cabinet de personnalités « indépendantes », choisies « sur la base de la compétence, l’intégrité (…) et leur capacité à la concrétisation ». Mais le gouvernement fourni et disparate qu’il a dévoilé le 2 janvier a rapidement été critiqué comme n’étant ni clairement partisan, ni réellement indépendant.

A LIRE AUSSI:   Mali : expulsion du Français Christophe Sivillon, chef du bureau de la Minusma à Kidal

Qalb Tounes, deuxième force au Parlement avec 38 sièges et parti du patron de télévision Nabil Karoui – candidat battu à l’élection présidentielle –, a notamment déploré le manque d’indépendance et de programme du cabinet proposé.

Le président Saied, très largement élu en octobre, n’a pas d’allié naturel dans l’hémicycle, et peu de choses laissent imaginer les alliances envisageables pour constituer une nouvelle coalition gouvernementale.

Peu après le vote, des députés assurant représenter plusieurs blocs importants, dont Qalb Tounes, ont annoncé avoir constitué un front qu’ils présenteraient au président dans l’espoir que ce dernier leur confie la tâche de constituer le prochain exécutif.

Si le candidat choisi par Kaïs Saied échouait à son tour à former un gouvernement, l’heure serait alors à la dissolution de l’Assemblée, au risque de retarder encore les mesures nécessaires pour juguler l’inflation et le chômage pesant sur les ménages tunisiens.

Source: France 24/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

G5 Sahel, Cedeao, Uemoa… En finir avec la balkanisation institutionnelle de l’Afrique

Read Next

Au Mali, le sentiment antifrançais gagne du terrain