Le fils de l’ex-dirigeant angolais condamné à 5 ans de prison dans une affaire de greffe de 500 millions de dollars – Lusa

Jose Filomeno de dos Santos

Un tribunal de Luanda a condamné le fils de l’ancien président angolais Eduardo Dos Santos à cinq ans de prison pour une affaire de corruption de 500 millions de dollars, a rapporté vendredi l’agence de presse portugaise Lusa.

Jose Filomeno de dos Santos, l’ancien chef du fonds souverain angolais de 5 milliards de dollars, a été reconnu coupable, avec trois autres accusés, d’avoir transféré l’argent sur un compte du Credit Suisse à Londres.

Son procès a été l’affaire la plus médiatisée à ce jour dans le cadre de la lutte contre la corruption du président Joao Lourenco, qui a pris la direction après la démission de dos Santos en 2017 après une prise de pouvoir de près de quatre décennies dans le deuxième plus grand exportateur de pétrole d’Afrique.

Le juge Joao Pitra a déclaré Dos Santos – surnommé «Zenu» – coupable de fraude, de détournement de fonds et de trafic d’influence, a déclaré Lusa. Valter Filipe, ancien gouverneur de la Banque nationale d’Angola, a été condamné à huit ans dans cette affaire.

António Samalia Bule, ancien directeur de Banco Nacional de Angola, et Jorge Gaudens Sebastião, homme d’affaires et ami de longue date de Zenu, ont respectivement obtenu cinq ans et six ans.

Tous ont été acquittés du blanchiment d’argent, a déclaré Lusa.

L’ancien président Dos Santos a nommé des alliés proches et des proches à des postes clés, mais son successeur, également membre du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) au pouvoir, a extirpé certains de ses fidèles et initié des procès anticorruption contre des membres de haut rang. de l’ancien régime.

A LIRE AUSSI:   Coronavirus: au Burundi, la difficile collaboration entre l’OMS et les autorités

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Tchad: un militant des droits de l’homme, suspendu par la justice, dénonce un abus

Read Next

En Afrique du Sud, les mines durement affectées par la pandémie liée au coronavirus