Le Burundi lance une campagne de dépistage de la Covid-19

Un premier bilan de la campagne est attendu dans trois mois

Suite à cet appel lancé par le chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye, les populations ont largement accueilli l’opération, alors que le pays compte un décès.

Un premier bilan de la campagne est attendu dans trois mois

Le Burundi a lancé lundi (06.07.20) une campagne de dépistage de la Covid-19. L’opération bénéficie de l’appui technique et financier du programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Elle se déroule sur trois sites de la municipalité de Bujumbura et plusieurs autres dans les provinces. En priorité, ce sont les personnes présentant des symptômes qui sont testées. Viennent ensuite les volontaires.

Freiner la contamination

« Que je guérisse, que je ne contamine pas et que je ne sois pas contaminé » : c’est sous ce message que la campagne de dépistage contre le nouveau coronavirus a officiellement démarré au Burundi.

Déjà, les populations s’empressent pour connaître leur statut. L’affluence observée dans l’après-midi du lundi (06.07.20) était sensiblement plus forte que dans la matinée.

Éliane Nkenguruste, médecin et membre de l’équipe qui dirige la campagne, est satisfaite de cette première journée de tests :

« Tout est en place pour que la campagne se déroule bien, je ne vois aucun manquement, tout est en place : les ressources humaines, il y a des hygiénistes, des médecins, des infirmiers. On s’est réparti les tâches parce que tout le monde ne fait pas la même chose. Donc je constate que tout se déroule normalement comme prévu ».

Un ouf de soulagement

Médiatrice Nahimana est une jeune mariée. Son mari et elle sortent du site de dépistage. Le couple se sentait mal depuis quelques jours. 

A LIRE AUSSI:   L'influence de l'Église catholique en Afrique

« Mon mari manifeste les symptômes du coronavirus depuis quatre ou cinq jours. J’ai aussi mal à la gorge, j’ai envie de tousser sans y parvenir. C’est pourquoi, nous sommes venus tous les deux nous faire dépister. Le dépistage massif est salutaire pour les symptomatiques et asymptomatiques pour se rendre compte de leur état de santé et savoir comment se protéger et protéger les autres », affirme la jeune mariée.

La distanciation sociale n’est pas toujours respectée, comme ici lors de l’entrée en fonction du nouveau président (Reuters/E. Ngendakumana)

La distanciation sociale n’est pas toujours respectée, comme ici lors de l’entrée en fonction du nouveau président

En réponse à l’appel lancé par le chef de l’Etat, c’est un ouf de soulagement pour Célestin Ndungutse, 24 ans, venu se faire dépister sur le site du nord de Bujumbura :

« Je viens de répondre à l’appel du président. Je viens de me faire tester et je viendrai prendre les résultats demain. Maintenant je me sens très bien car je saurai désormais mon état de santé et comment me comporter. Je continue de me laver les mains avec de l’eau propre et du savon ».

La campagne doit préalablement durer trois mois avant une première évaluation. L’objectif est d’atteindre zéro contamination au coronavirus. Un peu plus de six mois après que la pandémie s’est déclarée au Burundi, le pays compte officiellement à ce jour 191 cas positifs de Covid-19 et un mort selon les données du ministère de la santé publique.

Source: Deutsche welle Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

En Algérie, Karim Tabbou, figure de la contestation, plaide pour un « vrai processus politique »

Read Next

Mauritanie : Aziz convoqué devant une commission d’enquête parlementaire