La Somalie met en place un centre d’alerte aux catastrophes pour lutter contre les inondations et les criquets

Khadar Sheikh Mohamed, directeur du nouveau centre national d’alerte rapide aux catastrophes conçu pour aider la Somalie à prévoir les catastrophes, surveille les conditions météorologiques dans le district de Wadajir à Mogadiscio, en Somalie, le 4 août 2020. REUTERS / Feisal Omar

Dans un bâtiment gouvernemental dans un ancien complexe des Nations Unies à Mogadiscio, Khadar Sheikh Mohamed regarde une banque d’écrans géants affichant les conditions météorologiques à travers le pays.

Mohamed est le directeur du nouveau centre national d’alerte rapide aux catastrophes conçu pour aider la Somalie à prévoir les catastrophes. Cette année, elle a déjà souffert d’inondations et d’une invasion acridienne.

«Trouver les données précises qui peuvent sauver des vies est … important pour nous», a-t-il déclaré à Reuters au centre.

Le centre a ouvert ses portes en juin et est financé par l’Arabie saoudite dans le cadre du Programme alimentaire mondial des Nations Unies. Il a été conçu après des cycles d’inondations et de sécheresse qui ont causé des pénuries alimentaires généralisées, y compris une famine en 2011 qui a tué plus d’un quart de million de personnes.

Sur les 15 millions d’habitants de la Somalie, 5,2 millions ont actuellement besoin d’aide, selon les Nations Unies, et plus de 2,6 millions sont déplacés en raison des combats et des catastrophes naturelles.

La Somalie est déchirée par la guerre civile depuis 1991, et un gouvernement fédéraliste fragile lutte contre les insurgés d’al-Shabaab liés à Al-Qaïda.

La violence a détruit presque toutes les infrastructures du pays et conduit de nombreux Somaliens instruits à l’étranger, mais ces dernières années, l’administration soutenue par la communauté internationale a tenté de reconstruire les institutions gouvernementales.

Au centre, des dizaines d’analystes somaliens utilisent les dernières données satellitaires, des températures à la pression du vent, pour fournir des alertes précoces en cas d’inondations, de sécheresses et de mouvements acridiens.

A LIRE AUSSI:   Le Soudan du Sud réduit le nombre d'États de 32 à 10, ouvrant ainsi le processus de paix

Les représentants du gouvernement ont déclaré qu’ils avaient initialement eu du mal à recruter des travailleurs qualifiés localement.

«Les Somaliens n’ont pas vraiment l’expertise», a déclaré Muqtar Sheikh Hassan, le directeur général du ministère de l’humanitaire et de la gestion des catastrophes, ils avaient donc engagé des experts étrangers pour former des analystes locaux.

Désormais, le centre est entièrement composé de Somaliens, a déclaré Mohamed. «Parfois, vous n’avez que 24 ou 72 heures pour évacuer les gens. Si l’information est dans une autre langue, la traduction et la diffusion prennent plus de temps. Nous sommes désormais en mesure de diffuser rapidement des avertissements. »

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Mauritanie: les islamistes craignent l’enterrement du rapport sur les années Abdel Aziz