Des dizaines d’otaries courent comme des folles vers la mer. Ils échappent à Naude Dreyer, écologiste et fondatrice de l’ONG Ocean Conservation Namibia , qui les poursuit à toute allure avec un filet semblable à un grand filet à papillons essayant d’attraper l’un des spécimens pour le libérer du fil de plastique autour de son cou. Mais les lions de mer ne connaissent pas leurs bonnes intentions et se battent pour ne pas être capturés. Finalement, Dreyer réussit, attrape l’un des nouveau-néspar la queue, il la tire hors de l’eau et l’immobilise pour couper le câble emmêlé autour de son cou. Cette chasse particulière, qui pourrait sembler aller à l’encontre de l’animal si l’enregistrement n’est pas poursuivi, se termine heureusement par le retour du spécimen à la mer sans le câble qui s’enfonçait dans sa peau.

Ce sauvetage a eu lieu en avril de l’année dernière et a été suivi par de nombreux autres. Le veau appartient à la colonie de 50 000 à 100 000 lions de mer qui vivent sur la péninsule de Pelican Point, un brise-lames qui protège la baie de Walis en Namibie, dans le sud-ouest de l’Afrique. On estime que le long de la côte du pays, il y a une population de 1,5 million de spécimens. Les déchets jetés ou abandonnés dans l’océan , notamment les restes d’engins de pêche, sont devenus l’un des plus grands dangers pour ces mammifères marins. Ces objets « les piègent, les torturent et les tuent », prévient l’ONG.

Ce sont des animaux très joueurs avec « tout ce qu’ils peuvent trouver ». Un comportement qui fait souvent piéger les spécimens par « du plastique, des vêtements, des traces de filets, des rondelles de seaux de peinture rouillés ou tout ce qui pourrait ressembler à un jouet. Et cette curiosité peut devenir mortelle. Dans une autre des vidéos, deux petits spécimens sont vus reliés par le cou avec un écheveau de fils en plastique dont ils ne peuvent pas être libérés, un piège mortel. L’équipe de l’ONG parvient également à les démêler des cordes qui les torturent.

A LIRE AUSSI:   Présidentielle en Guinée-Bissau : le PAIGC saisit à nouveau la Cour suprême

Les sauvetages ne se terminent pas toujours par un succès. Le travail se complique lorsque Dreyer et son équipe sont confrontés à la capture de spécimens adultes. « J’ai pris plusieurs bouchées, mais ce qui nous inquiète le plus, c’est la sécurité des animaux », répond Dreyer à EL PAÍS. Une des vidéos montre l’effort pour essayer d’attraper un adulte , mais malgré les tentatives pour le faire entrer dans le filet, l’animal, pesant environ 200 kilos, finit par s’échapper vers la mer. « Trop gros, trop rapide, trop fort, effrayant comme l’enfer », explique Dreyer à la caméra avec des halètements. Dans ces cas, des réseaux spéciaux et « beaucoup de créativité » sont nécessaires, et cela ne fonctionne pas toujours.

Bien qu’il semble que les sauveteurs puissent blesser les otaries assistées lorsqu’elles les attrapent par la queue ou se tiennent sur le dessus pour les empêcher de bouger, l’ONG assure que ce sont des animaux très résistants et que la pression qu’elles exercent sur elles , « Mal à l’aise, mais ne présente aucun risque. » L’objectif de l’association, fondée en 2020, est de libérer les phoques, lions de mer et autres espèces des déchets que l’homme jette à la mer comme s’il s’agissait d’une poubelle capable de tout avaler. Entre 2019 et 2020, ils ont sauvé plus de 900 spécimens, et au cours des huit dernières années (le temps qu’il y travaille), le défenseur de l’environnement a sauvé 1 600 autres individus.

Dreyer enregistre toutes les informations pour une enquête plus approfondie et espère que le plaidoyer conduira à un comportement plus responsable qui évite ce danger. Gardez à l’esprit que même de petits morceaux de ligne de pêche peuvent tuer des phoques pleinement développés, dit l’ONG.

A LIRE AUSSI:   A Tunis, un projet d’aménagement de la lagune inquiète les défenseurs de l’environnement

Huit millions de tonnes de plastique atteignent la mer chaque année – 12 millions si l’on compte les autres types de déchets, indique Greenpeace – qui affectent les animaux marins non seulement parce qu’ils sont piégés comme les lions de mer, les phoques, les tortues, les baleines , mais aussi parce que l’ingestion sous forme de microplastiques (fragments inférieurs à cinq millimètres). Des composants chimiques des plastiques ont également été détectés chez les rorquals communs (rorquals communs) dans l’Atlantique. Une étude du CSIC a détecté une quantité importante de substances utilisées pour ramollir le plastique ou comme retardateurs de flamme. Le krill, un petit crustacé et principale source de nourriture des baleines, contient les mêmes niveaux de ces substances.

Source : El Païs/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Fin de la campagne électorale à Sao Tomé-et-Principe: la corruption dénoncée à tous les niveaux

Read Next

Les autorités maliennes assurent à l’UA que le calendrier électoral sera tenu