La capitale du Zimbabwe ferme sa principale usine d’alimentation en eau et les pénuries se profilent

Des gens faisant la queue pour de l’eau au Zimbabwe

La capitale du Zimbabwe a fermé lundi sa principale usine de traitement de l’eau, invoquant une pénurie de devises pour importer des produits chimiques de traitement, a déclaré le maire adjoint, laissant potentiellement la ville asséchée et augmentant le risque de maladies d’origine hydrique telles que le choléra.

L’année dernière, le pays d’Afrique australe a connu sa pire épidémie de choléra en une décennie, faisant au moins 26 morts, principalement à Harare, en raison de la rupture d’égouts et de l’insuffisance de l’approvisionnement en eau.

Une sécheresse provoquée par El Nino a entraîné une baisse des niveaux d’eau dans les barrages du pays, notamment à Kariba, qui alimente la plus grande centrale hydroélectrique et réduit la capacité des villes en eau de fournir de l’eau aux habitants.

Le maire adjoint du conseil municipal de Harare, Enock Mupamawonde, a déclaré à la presse que les autorités locales avaient besoin d’au moins 40 millions de dollars zimbabwéens (2,7 millions de dollars) par mois pour des produits chimiques pour l’eau, mais qu’elle ne collectait que 15 millions de dollars de recettes mensuelles.

Il a ajouté que la pénurie de devises pour les produits chimiques avait contraint le conseil à fermer son usine de traitement de Morton Jaffray près de Harare pour le moment. Il ne savait pas quand il serait rouvert.

« La fermeture est due à la non disponibilité de devises étrangères … c’est pour le moins catastrophique », a déclaré Mupamawonde aux journalistes, appelant le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa à déclarer la crise de l’eau une catastrophe nationale.

« Il est peu probable que la situation s’améliore si aucune mesure urgente n’est prise. »

A LIRE AUSSI:   Sahel : la France annonce des moyens supplémentaires pour l’opération Barkhane

July Moyo, ministre du gouvernement local qui supervise le fonctionnement des conseils, n’a pas pu être contactée pour commenter.

Le Zimbabwe est confronté à une grave pénurie de dollars qui a affaibli la valeur de sa monnaie locale, introduite en juin.

La semaine dernière, le dollar zimbabwéen a chuté de 23% sur le marché noir, mais il s’est redressé lundi après que la banque centrale a fermé ce week-end des comptes bancaires appartenant à quatre sociétés qui, selon elle, faisaient actuellement l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent.

La banque a également resserré les règles en matière de négociation de devises en limitant les montants en devises que les voyageurs pouvaient acheter.

Mupamawonde a déclaré que les habitants de la ville devaient un milliard de dollars zimbabwéens en factures impayées, ce qui limitait la capacité du conseil à fournir des services adéquats.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

BENIN/NIGERIA : Les secrets d’une guerre des disproportions

Read Next

Algérie : Saïd Bouteflika et ses coaccusés devant la justice