Jeux africains: le Maroc accueille l’Afrique du sport

Les 12es Jeux africains se tiennent au Maroc du 19 au 31 août, principalement à Rabat qui abritera plus de 4.000 athlètes. Au programme : 26 sports, 29 disciplines et des possibilités de qualifications pour les JO de Tokyo en 2020. Le Maroc avait accepté de relever le défi de cette organisation après le retrait de la Guinée équatoriale.

Le Maroc s’était engagé à remplacer au pied levé la Guinée équatoriale, initialement désignée pour accueillir l’édition 2019 des Jeux africains, qui manquait visiblement de moyens financiers.

Huit mois pout tout organiser

Le Maroc avait signé un protocole d’accord pour l’organisation des Jeux en novembre 2018 à la demande de l’Union africaine (UA), de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), de l’Union des confédérations des sports africains (UCSA) et du Comité local d’organisation (LOC). Un vrai contre-la-montre pour organiser ces Jeux avec seulement huit mois de travail pour être à l’heure le jour J. Il faut dire qu’aucun pays, à part le Maroc, n’avait sauté sur l’occasion.

Aujourd’hui, le défi est de taille pour le Royaume chérifien qui accueille plus de 6.000 athlètes venus de tout le continent. Vendredi 16 août, le village des athlètes situé à Rabat a été inauguré. Il sera la résidence de plus de 4.000 participants. La 12e édition des Jeux africains se déroulera dans les villes de Rabat, Salé, Témara, Casablanca, Benslimane et El Jadida. Tous les sites seront gratuits pour le public.

Le judo pour débuter

La cérémonie d’ouverture aura lieu lundi 19 août dans la soirée, même si quelques compétitions ont déjà débuté. Samedi, les premières médailles ont été distribuées en judo et l’Algérie a décroché neuf médailles (2 en or, 2 en argent, 5 en bronze) au Palais des sports Moulay-Abdallah de Rabat (Maroc). Dimanche, le Gabon s’est distingué avec deux médailles d’or.

A LIRE AUSSI:   Sahel : Emmanuel Macron veut repenser Barkhane, avec plus d’Européens à ses côtés

Les Jeux africains sont organisés tous les quatre ans. La capitale du Congo, Brazzaville, avait accueilli la première édition en 1965 et la dernière en 2015, tandis que celle de 2023 sera organisée par le Ghana.

Source: RFI/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Tunisie: la place des femmes en politique

Read Next

Le Dialogue national sera-t-il enfin la voie qui permettra aux Maliens de s’approprier leur pays ?