Erdogan dit que Haftar poursuit les attaques en Libye « avec toutes ses ressources »

President turque Erdogan Tayyip 

Le commandant militaire de l’Est, Khalifa Haftar, viole la trêve libyenne et ne doit donc pas respecter le cessez-le-feu conclu entre ses forces et les troupes progouvernementales, a déclaré dimanche le président turc Tayyip Erdogan.

Malgré les efforts de la Turquie et de la Russie, Haftar a abandonné les pourparlers sur un cessez-le-feu à Moscou au début du mois et son blocus des champs de pétrole libyens a éclipsé un sommet à Berlin la semaine dernière visant à convenir d’une trêve permanente.

Sa faction de l’Armée nationale libyenne (LNA) vise à capturer la capitale, Tripoli, grâce au soutien de l’Égypte, des Émirats arabes unis, des mercenaires russes et des troupes africaines.

La Turquie soutient quant à elle le gouvernement d’accord national (GNA) de Fayez al-Serraj.

Les combats ont diminué au cours des dernières semaines, mais ont repris ce week-end sur la ligne de front dans le sud de Tripoli, où des tirs d’artillerie pouvaient être entendus, a déclaré un journaliste de Reuters. Plus de 150 000 personnes ont été déplacées par les mois de combats.

S’exprimant avant de partir en visite en Algérie, Erdogan a déclaré que les forces de Haftar avaient violé le cessez-le-feu à plusieurs reprises, ajoutant que le soutien international à l’ANL « gâchait » Haftar.

«À ce stade, nous devons voir clairement quelle est l’identité de Haftar. C’est un homme qui a déjà trahi ses supérieurs auparavant », a déclaré Erdogan. «Il n’est pas possible d’attendre miséricorde et compréhension de la part de quelqu’un comme celui-ci sur le cessez-le-feu.»

«Il poursuit ses attaques avec toutes ses ressources. Cependant, il ne réussira pas ici. »

A LIRE AUSSI:   TICAD 2019 : La Côte d’Ivoire se taille la part de lion

La Libye n’a pas eu d’autorité centrale stable depuis le renversement de l’homme fort Mouammar Kadhafi par les rebelles soutenus par l’OTAN en 2011. Elle a eu deux gouvernements rivaux, à l’est et à l’ouest, pendant plus de cinq ans, avec des rues contrôlées par des groupes armés.

La Turquie a déclaré à plusieurs reprises qu’Haftar devait choisir une solution politique au conflit et a exhorté les puissances étrangères à pousser le commandant à une trêve. Il a également envoyé des conseillers militaires et des formateurs pour aider le GNA à repousser l’assaut de Haftar sur Tripoli.

Ankara a déclaré qu’elle respecterait un embargo des Nations Unies sur les armes imposé à la Libye tant que le cessez-le-feu serait maintenu, mais a déclaré qu’elle pourrait également déployer des troupes si nécessaire.

À Berlin, les puissances étrangères ont accepté de former un comité spécial composé de cinq responsables militaires de chaque côté pour consolider la trêve fragile. Ils doivent se réunir pour la première fois cette semaine à Genève.

Erdogan a déclaré dimanche qu’il ne s’attendait pas à un résultat de ce comité en raison de la position de Haftar.

La Turquie, les Émirats arabes unis, l’Égypte, la Russie et les pays occidentaux ont convenu à Berlin de maintenir un embargo sur les armes en vigueur. Mais la mission de l’ONU en Libye a déclaré samedi que de nombreux vols de fret transportant des armes, des camions et des chasseurs de pointe des pays qui ont participé au sommet ont atterri dans l’ouest et l’est de la Libye.

Source: Ruters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

A LIRE AUSSI:   Niger: face au changement climatique, les nomades en fin de course

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le parti au pouvoir au Burundi choisit Ndayishimiye pour contester le vote présidentiel

Read Next

Mali : le Centre toujours la cible des djihadistes