En Algérie, ouverture du premier procès pour corruption d’anciens dirigeants et patrons

Algerian policemen stand guard at the main public entrance of Sidi M’hamed court in the capital Algiers on December 2, 2019, ahead of the opening of a corruption trial of former political and business figures. – A public corruption trial opens today in the Algerian capital against ex-political leaders and businessmen, including two former prime ministers, three former ministers, an ex-wali, four businessmen deemed among the country’s richest, and many officials from the central and regional administrations. (Photo by RYAD KRAMDI / AFP)

Les accusés sont poursuivis pour « dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d’indus avantages ».

Le procès pour corruption de deux anciens premiers ministres algériens, ainsi que d’autres ex-hauts dirigeants politiques et de grands patrons du secteur automobile, s’est ouvert mercredi 4 décembre à Alger, en l’absence des avocats qui ont décidé de le boycotter, a constaté un journaliste de l’AFP. Très attendu, ce procès devant le tribunal de Sidi M’hamed, dans le centre d’Alger, avait été ajourné lundi, dès son ouverture, et la défense avait fait savoir qu’elle boycotterait sa reprise, dénonçant une justice « politisée » et un climat de « règlement de comptes ».

« Les conditions dans ce lieu ne permettent pas aux avocats d’accomplir leurs missions et donc je vous informe que la défense a décidé de boycotter le procès », a expliqué mercredi MMohamed Madjdoub au juge, au nom de tous les avocats de la défense. Le juge a demandé à ces derniers de quitter la petite salle d’audience – bondée – et a décidé de poursuivre le procès. Ce procès est le premier consécutif aux vastes enquêtes sur des faits présumés de corruption, déclenchées après la démission, le 2 avril, d’Abdelaziz Bouteflika, poussé au départ par le Hirak, le mouvement populaire de contestation du régime inédit, après vingt ans à la tête de l’Etat.

Premiers jugements d’anciens chefs de gouvernement

Dans le box des accusés, figuraient mercredi matin deux proches et anciens premiers ministres de M. Bouteflika : Ahmed Ouyahia, quatre fois chef du gouvernement entre 1995 et 2019, dont trois fois durant la présidence d’Abdelaziz Bouteflika, et Abdelmalek Sellal qui dirigea le gouvernement de 2014 à 2017.

A LIRE AUSSI:   Blaise Ahouantchédé : «La sécurité ne se négocie pas chez nous»

C’est la première fois depuis l’indépendance de l’Algérie, en 1962, que sont jugés d’anciens chefs de gouvernement. Comparaissait également Ali Haddad, ancien dirigeant de la principale organisation patronale algérienne, le Forum des chefs d’entreprises (FCE), et fondateur et PDG d’ETRHB, n° 1 privé du BTP en Algérie.

Parmi les autres hommes d’affaires présents, on pouvait reconnaître notamment l’ancien vice-président du FCE, Mohamed Bairi, PDG du groupe Ival possédant l’usine de montage algérienne de véhicules industriels Iveco, et Ahmed Mazouz, président du groupe éponyme qui assemble et distribue en Algérie des véhicules de marques chinoises. Les accusés sont poursuivis pour « dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d’indus avantages », dans des dossiers relatifs à l’industrie de montage de véhicules.

Source: Le Monde Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le Rwanda signe un accord avec Paris St Germain pour promouvoir le tourisme

Read Next

Macron conditionne la suite de l’opération militaire « Barkhane » à une « clarification » de la part des pays du Sahel