En Algérie, les étudiants à nouveau dans les rues d’Alger pour « une transition démocratique »

Pour leur 47e mardi de mobilisation, les manifestants fustigent le nouveau président Abdelmadjid Tebboune, « venu par la fraude et placé par les militaires ».

Quelque 2 000 étudiants ont manifesté mardi 14 avril à Alger contre le régime en réclamant une « transition démocratique » en Algérie, théâtre d’un mouvement de protestation populaire inédit depuis près d’un an. Comme chaque mardi, le cortège majoritairement estudiantin a parcouru les principales artères du centre-ville pour rejoindre la grande poste.

Ce bâtiment emblématique au cœur d’Alger est le lieu de ralliement traditionnel des partisans du Hirak, le puissant mouvement de contestation qui a éclaté le 22 février 2019 et abouti à la démission du président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril 2019 sous la pression populaire. « Notre marche est pacifique et nos revendications sont légitimes » ont scandé les étudiants, rejoints par de nombreux enseignants et de simples citoyens, en fustigeant le nouveau président Abdelmadjid Tebboune « venu par la fraude et placé par les militaires ».

Ancien premier ministre du président déchu Bouteflika, M. Tebboune, 74 ans, a été élu le 12 décembre 2019 lors d’un scrutin massivement boycotté par le Hirak et marqué par une abstention record. « Tebboune est un fait accompli avec lequel nous devons composer, mais cela ne veut pas dire que nous le reconnaissons », a expliqué à l’AFP, Nadir, 23 ans.

Pour cet étudiant en économie et gestion à Alger, le Hirak va « se poursuivre et son objectif est une transition démocratique »« Tebboune n’est pas une fatalité car il pourrait bien ne pas finir son mandat s’il se met en travers de la volonté populaire », a-t-il affirmé, appelant le nouveau président à « prouver sa bonne foi en répondant favorablement aux revendications du Hirak dans le cadre de la révision de la Constitution » que prépare le pouvoir.

A LIRE AUSSI:   Algérie : la rue et l'opposition rejettent la « suggestion » du chef de l'armée

Démantèlement du « système »

Pour la première fois depuis le début des manifestations estudiantines, une « plate-forme en quatorze points », reprenant les principales revendications du Hirak, a été dévoilée lors de ce 47emardi de mobilisation. Les étudiants réclament notamment « une transition démocratique et la concrétisation d’une véritable ouverture politique et médiatique », selon ce document.

Ils demandent également la « dissolution » de la chambre basse du Parlement et de toutes les assemblées élues, ainsi que l’organisation d’élections législatives – les dernières remontent à 2017 – et locales anticipées. « Celui qui veut dialoguer avec le mouvement de contestation n’a qu’à prendre connaissance de ses revendications et les mettre en œuvre pour démanteler le système », lance Mounir, 28 ans.

Près d’un an après le déclenchement du Hirak, les opposants continuent d’exiger le démantèlement du « système » et le départ de ses représentants au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1962. Un comité d’experts chargés de proposer un projet de réforme constitutionnelle a été mis en place mardi par la présidence, selon les médias officiels.

Le président Tebboune, qui a promis une révision de la loi fondamentale au lendemain de son élection, a entamé fin décembre des consultations sur ce projet, recevant plusieurs personnalités politiques ces derniers jours.

Source: Le Monde Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le dirigeant mozambicain Nyusi a prêté serment malgré le boycott de l’opposition

Read Next

Mauritanie: une diplomate limogée après un tweet jugé antisémite